Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Theresa May doit prononcer un discours ce mardi lors du congrès annuel du Parti conservateur à Manchester.
Theresa May doit prononcer un discours ce mardi lors du congrès annuel du Parti conservateur à Manchester.
©REUTERS/ Yagiz Karahan

Cause à effets

Theresa May associe l'immigration à la baisse des salaires et au chômage

Selon la ministre de l'Intérieur britannique, l'immigration accentue aussi les tensions dans les services publics comme l'école ou l'hôpital.

Theresa May, la ministre de l'Intérieur anglaise estime que l'immigration de masse détériore la société britannique et le dit. Dans une déclaration destinée à rassurer les électeurs inquiets de l'efficacité des contrôles aux frontières, elle a ainsi précisé que les niveaux d'immigration constatés au cours des dix dernières années n'ont pas servi l'intérêt national.

Le solde migratoire de la Grande-Bretagne a atteint 330.000 personnes sur la période allant de mars 2014 à mars 2015, soit un chiffre nettement supérieur aux 100.000 promis par le Premier ministre David Cameron. Cette question de l'immigration favorise l'émergence de formations rivales des conservateurs comme le Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) et accroît la tentation de certains électeurs de soutenir une sortie de leur pays de l'Union européenne lors d'un référendum qui doit être organisé avant la fin de 2017.

"Lorsque l'immigration est trop élevée, lorsque le rythme du changement est trop rapide, il est impossible de construire une société cohérente", doit expliquer Theresa May aux délégués de son parti, selon la presse locale. Selon elle, l'immigration accentue les tensions dans les services publics comme l'école ou l'hôpital, provoque une baisse des salaires et favorise le chômage.

Lu sur Business Insider

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !