Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Retrait

Les Taliban à Kaboul en 3 semaines ?

Un chercheur estime que Kaboul tombera très vite après le départ des soldats occidentaux.

Alors que les Etats-Unis, suivis par la France annoncent un retrait partiel de leurs troupes en Afghanistan, un chercheur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) estime que les Taliban reprendront la capitale du pays en trois semaines.

"Les talibans sont à nouveau puissants dans le pays, alors qu’en face, le gouvernement Karzaï est faible. Même s’il affirme qu’il est prêt à reprendre le contrôle, c’est faux. Rien ne vient démontrer que le gouvernement est fort, crédible, en termes de gouvernance, de lutte contre la corruption, de maintien de l’ordre et de la sécurité..." explique Karim Pakzad, chercheur à l'Iris, et spécialiste de l’Afghanistan.

"Et, jour après jour, les talibans et l’insécurité se renforcent: il y a de plus en plus d’attentats, d’assassinats. Même l’armée afghane est infiltrée par les talibans"

Il semble clair que l'optimisme officiel des Occidentaux qui mettent en avant, entre autres, la mort de Ben Laden n'est pas vraiment confirmé sur le terrain. La décision de se retirer se fait sous la pression de l'opinion publique lassée des pertes, des morts, des blessés, et de problèmes économiques, plutôt que par le fait d'une victoire militaire éclatante.

Depuis environ un an, la situation en Afghanistan va de mal en pis: l’engagement de la coalition internationale, tant sur le plan militaire que politique est dans l’impasse. Après l’échec de la solution militaire, Obama a décidé de jouer l’option politique, mais pour cela, il fallait amener les talibans à la table des négociations" ajoute le chercheur.


Lu dans 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !