Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Immense perte

Syrie : le plus ancien palais de l’humanité détruit par l'Etat islamique

La ville de Mari, une des plus anciennes cités de la planète, a subi les ravages de l'organisation djihadiste.

C'est un patrimoine vieux de plusieurs millénaires qui a été dévasté. D’après les photos mises en ligne par le ministère de la culture syrien sur son site, l'antique cité de Mari, située dans l'actuelle ville de Tel Hariri en Syrie, à une quinzaine de kilomètres de la frontière irakienne, a subi le même sort que Palmyre en 2016. Les dégâts sont catastrophiques : sols éventrés, excavations au bulldozer, à la tractopelle. Et aussi, sans doute, aux explosifs comme le suggèrent les blocs déchiquetés de plusieurs tonnes de l’enceinte sacré.

Cité dans Le Monde, Pascal Butterlin, professeur en archéologie du Proche-Orient ancien (université Paris-I), directeur de la mission archéologique française de Mari (MAM) a expliqué : "C’est le plus ancien palais de l’humanité qui est touché, l’équivalent du palais de Nimroud".

Durant l'Antiquité, Mari était l'une des plus importantes villes du Proche-Orient. Fondée vers 2900 avant notre ère, la cité bénéficiait d’une localisation favorable, sur l'axe commercial principal entre l'Asie, l'Europe et l'Afrique. La ville antique avait été localisée en 1933 par André Parrot et les archéologues avaient mis à jours plusieurs trésors.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !