Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Capture écran

Sauve qui peut !

Syrie : l'Etat islamique attaque les candidats d'une émission de télé-réalité australienne

Trois des six participants ont couru pour sauver leur peau des tirs de mortier du groupe terroriste.

Les candidats d'une émission de télé-réalité australienne se sont retrouvés en Syrie sous les tirs de mortier de l'Etat Islamique (EI). Consistant à emmener des Australiens ordinaires dans des camps de réfugiés en Syrie, en Irak et en Birmanie, le programme a tourné les images effrayantes d'une attaque terroriste. La chaîne SBS a reconnu que les participants de l'émission Go Back to Where You Came From (Retourne d'où tu viens) avaient fait face à une attaque du groupe islamiste à l'origine notamment, des attentats de Paris et de Tunisie. Des images montrent 3 des 6 participants courir tête baissée à l'abri pour s'abriter, tandis que les guides leur recommande de se cacher et de ne plus bouger. "Bon, ce sont des tirs. Baissez-vous, d'accord?", conseille l'un des guides. "Baissez-vous, très bas. Accroupissez-vous derrière ce mur. On ne veut pas qu'ils détectent notre présence. Ils sont juste en face de nous".

L'équipe de tournage aurait été "escortée sous protection jusqu'aux lignes de front syriennes par des combattants kurdes défendant un village menacé par l'EI [...] et s'est retrouvée sous le feu d'insurgés de l'EI situés non loin", a expliqué la chaîne SBS dans un communiqué. "L'équipe de sécurité armée était préparée pour un incident de cette nature et a rapidement réagi pour mettre les participants et l'équipe de tournage en sécurité" a-t-elle ajouté, assurant que tout était mis en œuvre pour assurer la plus grande sécurité aux participants. 

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !