Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©ABDULMONAM EASSA / AFP

Guerre

Syrie : l'armée a repris le contrôle de plus du quart de la Ghouta

L'armée syrienne a progressé sur plusieurs fronts, avançant rapidement dans le fief rebelle de la Ghouta, selon les médias officiels.

Les forces loyales à Bachar Al-Assad  ont "progressé sur plusieurs fronts" dimanche dans la Ghouta orientale, après une percée inédite et la conquête de nouveaux secteurs de l'enclave rebelle, ont annoncé les médias officiels syriens. Cette avancée fait suite à deux semaines de bombardements intensifs, qui ont fait plus de 650 morts parmi la population. 

Bien que le pouvoir de Bachar al-Assad n'a jamais caché son intention de reconquérir ce fief rebelle situé dans la Ghouta orientale, l'annonce de cette progression par une source militaire citée par l'agence officielle Sana est une première pour le régime syrien. Il avait lancé mi-février une campagne aérienne d'importance, mais sans annoncer l'offensive terrestre de son armée, soutenue par la Russie et par des milices chiites parrainées par l'Iran. 

Les forces du pouvoir syrien ont repris le contrôle de "plus de 25 %" du fief rebelle, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), ONG qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie. Les militaires sont à trois kilomètres seulement de Douma, la grande ville de la Ghouta, a poursuivi l'OSDH. "La rapidité de cette progression est aussi due au fait que les opérations se déroulent principalement dans des secteurs agricoles", a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Cette offensive est très critiquée par les occidentaux, à cause de son lourd bilan parmi les civils. Lors d'un entretien téléphonique, Emmanuel Macron a "fortement engagé" dimanche son homologue iranien Hassan Rohani "à exercer les pressions nécessaires sur le régime syrien pour mettre un terme aux attaques indiscriminées contre les populations" et "permettre l'accès humanitaire".

Lu dans Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !