Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les conflits se poursuivent toujours en Syrie
Les conflits se poursuivent toujours en Syrie
©Flickr/FreedomHouse

Accablant

Syrie : il y a bien eu utilisation d'armes chimiques comme le chlore selon un rapport de l'OIAC

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a enquêté sur le terrain durant plusieurs semaines.

Depuis le début du conflit en Syrie, Bachar el-Assad nie utiliser des armes chimiques. A plusieurs reprises, le dirigeant a expliqué qu'il n'était pas possible que de tels actes aient eu lieu. Sauf que selon un rapport préliminaire de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) qui a enquêté durant plusieurs semaines, des armes chimiques comme le chlore ont bien été utilisées.

Dans un rapport dont l'AFP a obtenu copie, les preuves rassemblées sont accablantes contre le pouvoir syrien. "Des agents chimiques toxiques, probablement des agents irritants pour les voies respiratoires, comme le chlore, ont été utilisés de manière systématique dans un certain nombre d'attaques" a dit le représentant de l'OIAC.

Le rapport fait également mention que "près de 8% de l'arsenal d'armes chimiques est toujours en Syrie". La situation est donc grave alors que la Syrie a jusqu'au 30 juin pour détruire l'ensemble de ses armes chimiques. Les autorités syriennes ont affirmé de leur côté que "les produits toxiques sont conditionnés et se trouvent sur un même site mais ne peuvent être évacués pour des raisons de sécurité". Selon l'enquête, la Syrie utiliserait donc bien un produit chimique industriel pour attaquer les bastions rebelles.

Par ailleurs, le régime syrien a fait valoir qu'il n'avait pas "l'obligation de déclarer le gaz de chlore en tant qu'arme chimique, car il est souvent utilisé par le secteur industriel".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !