Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Religion
©ANDREAS SOLARO / AFP

Révolution

Synode : les évêques d'Amazonie demandent au pape ordination des prêtres

Les évêques amazoniens ont aussi demandé l'étude de l'ouverture du diaconat aux femmes.

Après trois semaines d’une assemblée d’évêques et cardinaux (synode) consacrée aux problèmes écologiques et humains de l’Amazonie, ses membres ont proposé samedi que les hommes mariés de cette région reculée puissent être autorisés à devenir prêtres. Les évêques d’Amazonie ont aussi demandé au pape d’envisager que des femmes soient diacres.

Au-delà de ces deux sujets tabous pour les catholiques traditionalistes, le synode a aussi préconisé de "définir le péché écologique contre Dieu, contre son prochain, la communauté et l’environnement". "C’est un péché contre les générations futures », qui se manifeste « par des actes et des habitudes de pollution et de destruction de l’harmonie de l’environnement", ajoute le document final élaboré lors de l’assemblée, a recueilli 128 voix pour, bien davantage que les 40 voix qui se sont portées contre. 

Concernant la possibilité d’ordonner prêtres des hommes mariés, elle serait destinée aux hommes ayant une vie maritale stable (les « viri probati »), reconnus par la communauté. Ils devront être d’abord diacres et recevoir ensuite une formation adéquate. Selon l'assemblée, il ne serait pas nécessaire de réécrire le droit canon mais d’adresser au pape une demande de "dispense", similaire à celles accordées aux pasteurs anglicans mariés convertis au catholicisme. Le document rappelle néanmoins que le célibat des prêtres est "un don de Dieu". 

Cette demande vise à répondre au manque de prêtres itinérants pouvant célébrer la messe et donner la communion (sacrement essentiel de la doctrine chrétienne) dans des endroits très reculés de la forêt amazonienne.

Le Pape François va désormais étudier cette proposition. Il doit se prononcer avant la fin de l'année.

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !