Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
Castex
Castex
©capture d'écran France Info

Sécurité

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

Conseil de défense hier : renforcement de la sécurité des établissements scolaires pour la rentrée du 2 novembre; identification des auteurs de messages de soutien à l'attentat sur les réseaux sociaux

Après les manifestations (Jean Castex était présent sur place à Paris) qui ont eu lieu hier dimanche partout en France en hommage au professeur assassiné à Conflans, Samuel Paty, une réunion du Conseil de Défense s'est tenue dimanche soir.

"Un rassemblement sans véritable unité politique" : Les Echos estiment que la droite s'est montrée très peu présente lors de ces manifestations.

"Remonté contre certaines associations qu’il accuse d’instrumentaliser le concept controversé d’«islamophobie», le chef de l’État entend accélérer et amplifier la lutte contre le séparatisme islamiste" écrit Le Figaro.

Par ailleurs, selon Le Monde, Abdouallakh Anzorov a eu "recours à un procédé inhabituel pour un terroriste : muni de plusieurs centaines d’euros, il a abordé des collégiens en leur proposant de l’argent en échange d’informations. La somme a ensuite circulé de mains en mains. L’un des élèves, âgé de 15 ans, a pour cette raison été placé en garde à vue, dimanche."

L'Elysée a, entre autres, indiqué « Depuis vendredi Pharos [la plate-forme de signalement] a identifié 80 messages qui soutiennent l’action de l’agresseur. Ils donneront lieu dès demain [lundi] à des procédures diligentées par la police ou la gendarmerie » Marlène Schiappa doit visiter le site de Pharos ce lundi

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !