Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le chiffre est largement en deçà des prévisions qui tablaient sur 9 milliards d'euros.

Du mieux

Sécurité sociale : un déficit moins élevé que prévu en 2015

Selon nos confrères du Monde, le déficit devrait s'élever à 6,6 milliards d'euros en 2015 contre 9,7 milliards d'euros en 2014 soit une baisse de 3,1 milliards d'euros.

Enfin une bonne nouvelle. Michel Sapin a annoncé ce mardi que le déficit de la Sécurité sociale pour l'exercice 2015 serait "plus faible que prévu". Si le chiffre définit n'est pas connu, le ministre des Finances s'est réjoui d'une meilleure "maîtrise des dépenses". Selon nos confrères du Monde, le déficit devrait s'élever à 6,6 milliards d'euros en 2015 contre 9,7 milliards d'euros en 2014 soit une baisse de 3,1 milliards d'euros. Le chiffre est également largement en deçà des prévisions qui tablaient sur 9 milliards d'euros.

Cette amélioration est due à la hausse des recettes consécutives à la reprise de la création d'emplois. Les dépenses ont aussi été plus réduite que prévues. Une meilleure maîtrise des dépenses qui n'a pas pour autant "diminué le niveau de remboursement aux assurés, et sans qu'on ait placé les hôpitaux publics dans une situation intenable", souligne Michel Sapin. 

Une nouvelle qui a enthousiasmé Marisol Touraine. La ministre de la Santé s'est fendue d'un tweet :  "Déficit sécu : le redressement des comptes va encore + vite que prévu grâce à nos réformes, sans déremboursement, avec des droits nouveaux."

De manière plus générale, le déficit public devrait également être inférieur aux prévisions pour 2015. Le chiffre officiel sera connu le 25 mars, lors de la publication par l'Insee des comptes nationaux et de la dette des administrations publiques pour le quatrième trimestre 2015.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !