Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Scandale de la NSA : François Hollande veut que "toutes les explications soient fournies"
©

Pas content

Scandale de la NSA : François Hollande veut que "toutes les explications soient fournies"

Le président de la République a exprimé sa forte réprobation à propos de pratiques inacceptables.

François Hollande et Barack Obama se sont parlés. Jusque-là silencieux à propos du scandale des écoutes de la NSA, le président de la République a demandé que "toutes les explications soient fournis" à propos de ce qu'il a qualifié comme étant "des pratiques inacceptables entre alliés et amis". Les deux chefs d'Etat ont également souligné que "les opérations de collecte de renseignement devaient être encadrées, notamment dans un cadre bilatéral".

La Maison Blanche avait déjà communiqué à propos de cet entretien téléphonique, faisant état d'une discussion au sujet "des récentes révélations dans la presse, dont certaines ont déformé nos activités et d'autres soulèvent des questions légitimes pour nos amis et alliés sur la façon dont ces capacités (de surveillance) sont employées". Selon ce communiqué, "le président (Obama) a dit clairement que les Etats-Unis avaient commencé à passer en revue la façon dont nous récupérons des données du renseignement, pour que nous puissions parvenir à un équilibre entre les préoccupations de sécurité légitimes de nos concitoyens et alliés, et la protection de la vie privée qui inquiète tout le monde".

De récentes révélations ont permis d'apprendre que la NSA avait intercepté 70,3 millions de communications téléphoniques en France entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier 2013. "La preuve la plus récente de cet espionnage apparaît dans un document daté du mois d'avril 2013 au détour d'une page d'un manuel d'utilisation du programme Prism, dévoilé par Edward Snowden, qui explique, en 41 pages, aux analystes de la NSA comment se servir de cet outil destiné à la collecte des données sur les serveurs des grands fournisseurs d'accès américain tels que Microsoft, Yahoo, Facebook ou Google", explique le quotidien Le Monde.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !