Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
©Christophe Ena / POOL / AFP

"Le combat ne fait que commencer"

Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19

Le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de la Santé Olivier Véran se sont exprimés dans le cadre d’une conférence de presse exceptionnelle sur la crise sanitaire du coronavirus. De nombreuses précisions ont été apportés sur les masques, les tests, les lits dans les services de réanimation ou bien encore la situation dans les Ehpad.

Le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de la Santé Olivier Véran ont organisé une conférence de presse en ce samedi 28 mars sur la crise du coronavirus. Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine, et Arnaud Fontanet, le directeur du département Santé Global à l'institut Pasteur, se sont également exprimés ce samedi sur la crise du Covid19 en France.  

Edouard Philippe a précisé que la France était confrontée à une "crise sanitaire sans précédent depuis au moins un siècle". 

Le Premier ministre a indiqué que les 15 premiers jours d'avril "seront encore plus difficiles que les 15 jours que nous venons de vivre".

Les premiers effets du confinement devraient être visibles dans les deux semaines à venir, selon Arnaud Fontanet, directeur du département Santé global à l'Institut Pasteur. 

Il a rappelé l'importance de cumuler l'application des gestes barrières, de la distanciation sociale (le fait de se tenir à distance des personnes nous entourant) et donc du confinement pour aplatir la courbe du nombre de cas, soulager le personnel soignant et permettre aux patients les plus gravement touchés d'être pris en charge.

Edouard Philippe s’est exprimé sur le confinement : 

"Je ne laisserai personne dire qu’il y a eu du retard sur la prise de décision du confinement. Le confinement est maintenu au moins jusqu’au 15 avril. Nous ferons un point la semaine prochaine avec les chiffres et nous en tirerons les conséquences. Il faut retenir l’absolue nécessité de prendre au sérieux les mesures relatives au confinement. La meilleure manière d'aider les soignants, c’est de respecter ces mesures formulées par le gouvernement. C’est notre responsabilité collective de limiter nos contacts et de passer cet obstacle".

Le ministre de la Santé s’est exprimé sur les hôpitaux et les moyens en réanimation : 

"Avant même l’apparition de l’épidémie en tant que telle, la France a mis en place des dispositions très fortes, inédites, pour préparer l'hôpital, au cas où cette menace deviendrait concrète. L'activation du plan blanc a donc permis de renforcer considérablement nos capacités hospitalières sur tout le territoire. Nos capacités de réanimation ont été augmentées, grâce à la déprogrammation et grâce à la mobilisation de tous hôpitaux, à 10 000 lits. Désormais, nous souhaitons atteindre un objectif de 14 000 à 15 000 lits de réanimation sur tout le territoire national, ce qui constitue une augmentation massive des capacités de réanimation".

Le ministre de la Santé Olivier Véran a confirmé que la France avait commandé plus d'un milliard de masques pour les personnels de santé du pays. Ces commandes ont été faites partout à travers le monde, et notamment en Chine. Les livraisons seront échelonnées sur les prochaines semaines et les prochains mois, grâce à un "pont aérien".

En France, 319 personnes sont mortes à l'hôpital des suites du coronavirus ces dernières 24 heures, pour un total de 2.314 décès en milieu hospitalier depuis le début de l'épidémie. Selon ce dernier bilan du samedi 28 mars, 4.273 personnes sont actuellement en réanimation.

Olivier Véran a révélé que 5 millions de tests pour détecter le Covid-19 d'une manière rapide (des résultats au bout d'une quinzaine de minutes) avaient été commandés. D'ici la fin avril, 30.000 tests rapides supplémentaires par jour seront pratiqués, 60.000 fin mai et 100.000 fin juin.  Ils s'ajouteront aux 50.000 tests classiques qui seront réalisés chaque jour d'ici la fin du mois d'avril, contre 12.000 actuellement.

Le ministre de la Santé a indiqué qu'il allait demander "aux établissements de type Ehpad d'aller vers un isolement individuel" pour chacun de leurs pensionnaires afin "d'aller plus loin" dans la protection des personnes âgées contre le coronavirus. Il a également affirmé qu'il allait demander à ce que soient "testés en priorité pour le virus le personnel qui travaille au sein des Ehpad".

Le Premier ministre a alerté sur les difficultés de la crise : 

"Nous sommes dans une situation difficile, nous le savons, vous le savez, nous sommes installés dans un combat qui va durer. (...) Un combat qui dure, c’est un combat qu'on gagne en faisant preuve de discipline, en respectant le confinement, les gestes barrières, dans notre intérêt individuel mais surtout dans l'intérêt collectif et l'intérêt des soignants. C’est un effort collectif que nous allons gagner grâce à l’innovation et la recherche. La France est armée et elle n’est pas seule. Et si nous conservons enraciné en nous-mêmes l’espoir, nous finirons par sortir de cette crise sanitaire et nous allons continuer à construire notre pays".

Edouard Philippe s'est également exprimé sur des mesures concernant l'économie : 

"Il faut protéger l’économie pas pour le plaisir de protéger l'économie, mais pour faire en sorte de ne pas prolonger cette crise sanitaire en crise économique qui aurait des effets délétères. Pour cela nous voulons éviter des faillites d'entreprises. Pour atteindre ces objectifs, nous visons pour les entreprises un principe "zéro recette, zéro dépense" qui permet de geler d'une certaine façon la situation de l'entreprise aussi longtemps qu'elle est fermée. C'est pourquoi nous avons mis en place des reports de paiement, d'échéance sociale ou fiscale. Cela représente plus 30 milliards d'euros de reports. C'est la raison pour laquelle nous avons prévu un report du paiement des loyers, des factures d'eau, de gaz et d'électricité pour les plus petites entreprises en difficulté et, surtout, c'est la raison pour laquelle nous avons mis en place un régime de chômage partiel renforcé. Nous avons appris des dispositions de la crise de 2008, et nous savons qu'il est indispensable que les entreprises puissent continuer à disposer de leur main-d'œuvre pendant la crise sanitaire, pour qu'elles puissent repartir. Nous avons mis en place un fonds de solidarité de 1,100 milliard d'euros, financé par l'Etat, par les régions, que je veux remercier, à hauteur de 250 millions d'euros, et par les assureurs qui se sont engagés à participer financièrement à ce fonds de solidarité. Toutes les entreprises pourront avoir accès à des lignes de crédit, à des lignes de trésorerie bancaire qui seront mises par l'Etat à hauteur de 300 milliards d'euros. Là encore, il ne s'agit pas d'aider telle ou telle entreprise. Il s'agit de faire en sorte que les flux financiers continuent dans l'économie française. Sans quoi, une crise économique et financière grave atteindrait notre pays".

Edouard Philippe et Olivier Véran se sont donc livrés à un exercice de pédagogique lors de cette conférence de presse axée sur la transparence, les moyens et l’espoir notamment. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !