Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
©

Internet a la foi

Les religions investissent le web

Sites, blog et réseaux sociaux permettent à de plus en plus de fidèles de vivre leur religion en ligne.

A l'ère du 2.0, les cultes évoluent aussi. Sur le web, les initiatives pour permettre aux croyants de s'épanouir sur la toile fleurissent, rapporte Myeurop.com samedi 23 avril, à l'instar de la "Retraite dans la ville", retraite spirituelle de 40 jours à pratiquer en ligne. Une initiative des frères dominicains de Lille. Ils sont 40.000 à s'y être inscrits en 2010, et à bénéficier de l'encadrement spirituel des religieux.

Frère Franck Dubois, prieur du couvent, alimente quant à lui un blog, dont le contenu est également accessible par Facebook et Twitter. Si Benoît XVI compte d'ailleurs lui-même parmi les utilisateurs du réseau social de Mark Zuckerberg, le Vatican propose une webTV. Tandis que l'Eglise catholique française est présente sur l'iphone via une application, permettant aux fidèles de connaître, notamment, les horaires des messes.

Le phénomène dépasse les frontières française. "L’abbé d’Einsiedeln, Martin Werlen, convie chaque année ses followers Twitter pour un pèlerinage dans l’abbaye schwyzoise. Quant à Simon Weber, porte-parole de la Fédération des Eglises protestantes suisses, il gère le service d’édition en ligne Issuu.com, qui lui permet de publier instantanément les prises de position théologiques de l’Eglise. Il dialogue avec les fidèles sur plusieurs canaux, dont Twitter et Facebook", explique le quotidien suisse Le Temps a propos des expériences menée par l'Eglise évangéliste.

La communauté musulmane n'est pas en reste : le site islamcity.com permet d'accéder en ligne à l’heure, et de les télécharger.

Lu sur Myeurop.info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !