Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Nouveau système

Réforme des retraites : le gouvernement veut mettre en place un système par points

Dès ce jeudi 31 mai, les citoyens pourront donner leur avis sur la réforme des retraites via un site de concertation publique.

Ce jeudi 31 mai, le gouvernement lance le site de concertation publique qui permettra aux Français de donner leur avis sur la réforme des retraites. La participation est ouverte jusqu’au 25 octobre. Dans les colonnes du Parisien, Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire à la réforme des retraites, s’est exprimé sur le point phare de cette réforme : le système par points pour tous.

"La notion de durée disparaît"

"Le revenu donnera un droit à points, vous aurez une portabilité des droits quel que soit le type d’employeur et le secteur. L’objectif est qu’à carrière identique, revenu identique, la retraite soit identique", explique Jean-Paul Delevoye au Parisien, assurant que "la notion de durée disparaît". Le haut-commissaire à la réforme des retraites met également en valeur le respect "de la liberté de choix" que garantirait la réforme. Chacun pourra en effet décider quand partir en retraite, s'il juge son nombre de points cumulés suffisant ou non. Toutefois, "l'âge actuel de 62 ans devrait être conservé" car le risque que des départs anticipés ne mènent des gens à avoir des petites retraites... et ne "pèsent sur la solidarité nationale", précise au Parisien Jean-Paul Delevoye.

Cependant, les chômeurs, les personnes en situation précaire ou handicapées sont lésés par ce système et Jean-Paul Delevoye ne livre pas de mesures concrètes les concernant. "Tous ces sujets sont sur la table", assure-t-il. Le haut-commissaire à la réforme des retraites affirme également que la question des 42 régimes spéciaux sera abordée au second semestre de l'année 2018. "On va regarder quelles sont les différences avec le régime universel, les convergences possibles et les spécificités qu’il est justifié de maintenir comme par exemple pour les militaires ou pour les régimes des indépendants". Une éventuelle part de capitalisation sera également étudiée au second semestre. "La question se pose pour les plus gros salaires qui excéderaient un certain plafond (au-dessus de 120 000 € de revenus, 160 000 € ou plus)", indique au quotidien Jean-Paul Delevoye. La présentation d'un projet de loi est prévue pour l'été 2019 et l'application de la réforme pas avant 2025.

 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !