Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

C'est oui

Référendum dans l'est de l'Ukraine : la "république de Donetsk" demande son rattachement à la Russie

Les séparatistes pro-russes de la région de Donetsk ont annoncé 89% de oui, ceux de Louhansk affirment que le "oui" a obtenu 96,2% des voix.

"Nous, le peuple de la république populaire de Donetsk déclarons que la république devient désormais un Etat souverain", a déclaré devant la presse Denis Pouchiline, l’un des responsables séparatistes, lisant une déclaration, avant de poursuivre : "Pour rétablir la justice historique, nous demandons à la Russie d’examiner un rattachement de la République de Donetsk à la Fédération de Russie". "Le peuple de Donetsk a toujours fait partie du monde russe" a t-il conclu.

Le résultat était connu d'avance. Il s'agissait simplement de savoir quel pourcentage allait réaliser le oui. Au final dans la région de Donetsk, les séparatistes pro-russes ont annoncé 89% de oui et 10% de non. A Louhansk, le oui l'a emporté avec 96,2% des voix. Des scores importants qui traduisent une volonté massive d'indépendance. 

A Kiev, les autorités ont réagi par l'intermédiaire du ministère des Affaires étrangères qui a déjà fait savoir que "le référendum (...) est juridiquement nul et n'aura aucune conséquence juridique pour l'intégrité territoriale de l'Ukraine". Cette consultation n'est qu'une "farce criminelle"a -t-il lancé précisant que ce vote était financé par la Russie. Les Occidentaux ont abondé dans le même sens.

Kiev veut mener à bien le scrutin présidentiel anticipé prévu le 25 mai mais les insurgés ne veulent pas de cette élection et traitent de "fasciste" le gouvernement provisoire au pouvoir depuis la chute du président Viktor Ianoukovitch fin février.

Reste que le vote de dimanche suscite bien des questions à commencer par celle de la transparence du scrutin. En effet, il y avait un petit nombre d'isoloirs et de bureaux de vote. Par ailleurs, les bulletins de vote étaient déposés dans des urnes sans la présence d'observateurs internationaux. Si bien qu'aucune vérification indépendante n'est de fait possible, en l'absence d'observateurs neutres et des médias, dont la présence a été interdite par les séparatistes, ainsi que de toute procédure d'enregistrement officielle. La communauté internationale devrait se réunir pour évoquer ce référendum dans les prochains jours.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !