Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Finance
Reconnaissance du statut de combattants pour les soldats français en Algérie, après 1962
©IROZ GAIZKA / AFP

Reconnaissance

Reconnaissance du statut de combattants pour les soldats français en Algérie, après 1962

Nouveaux statuts pour les soldats français présents en Algérie jusqu'à deux ans après la fin de la guerre de 1954-1962. Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées a en effet annoncé dimanche 27 mai que ces militaires seront reconnus comme combattants et pourront ainsi bénéficier des avantages liés à ce statut.

Les soldats français présents en Algérie à la suite des accords d'Evian, du 18 mars 1962, vont obtenir la carte du combattant qui leur permettra d'accéder à une retraite spécifique dès 65 ans et à un statut fiscal amélioré d'une demi-part de quotient dès 75 ans.

 

Geneviève Darrieussecq annonce dans un communiqué où elle annonce que la reconnaissance de ce statut s'établira dans le cadre du projet de loi de finances pour 2019. "Plusieurs dizaines de milliers de jeunes Français de l'époque furent en effet déployés dans ce pays entre les mois de juillet 1962 et de juillet 1964 à la suite des accords d'Evian. Ils n'ont jamais pu bénéficier de la carte du combattant et des avantages qui s'y attachent", clarifie-t-elle.

 

Elle ajoute: " Nous avons fait le choix de tenir les engagements pris en 2017 envers le monde combattant, s'agissant notamment de la revalorisation de deux points de la retraite du combattant".

 

Cette gratification, souhaitée depuis de nombreuses années par les associations du monde combattant traduit une dynamique de reconnaissance élargie du conflit. Le Conseil Constitutionnel a par ailleurs ouvert en février à toutes les victimes de la guerre d'Algérie, un droit à des pensions auparavant réservées aux seuls détenteurs de la nationalité française.

 

lu sur Médiapart

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !