Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
©

Mano a mano

Reconduite à la frontière italienne de migrants : l'Elysée dénonce une "instrumentalisation" de l'affaire par Matteo Salvini

Si le Palais reconnaît une erreur dans la reconduite de migrants en Italie par la gendarmerie française, il ne digère pas la critique de Matteo Salvini.

Vendredi matin dernier, une camionnette de la gendarmerie nationale française avait franchi la frontière italienne pour déposer des personnes en situation irrégulière. La préfecture des Hautes-Alpes, qui a effectué ce transfert dans le cadre d'une procédure a depuis reconnu qu'il s'agissait d'une erreur. La France déclare qu'il s'agit de deux individus isolés. 

Mais ayant découvert l'affaire, le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, n'a pas accepté les excuses françaises, lesquelles ne reconnaîtrait pas selon lui la gravité du fait, ni même son intentionalité : "Abandonner des immigrés dans un bois italien ne peut pas être considéré comme une erreur ou un incident. Ce qui s'est passé à Clavière est une offense sans précédent à l'encontre de notre pays."

La présidence française a de son côté dénoncé l'instrumentalisation de cette bavure, qui n'était en rien liée à une quelconque consigne. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !