Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Emmanuel Macron Recep Tayiip Erodgan
Emmanuel Macron Recep Tayiip Erodgan
©BERTRAND GUAY / AFP

Tensions

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

Le dirigeant turc a tenu à s'exprimer suite aux mesures annoncées par Emmanuel Macron et son gouvernement dans le cadre de la lutte contre le séparatisme et suite à l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine.

Recep Tayyip Erdogan a tenu à réagir après les annonces d'Emmanuel Macron dans le cadre de la lutte contre le séparatisme. Selon des informations de CNews, le dirigeant turc estime qu’Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l’islam et les musulmans".

Recep Tayyip Erdogan s'est exprimé lors d’un discours en visioconférence, ce mardi 20 octobre, réalisée par l'Organisation de la coopération islamique. Il dénonce notamment le projet du chef de l'Etat français de bâtir un "islam des Lumières" :

"Ceux qui sont perturbés par la montée de l’islam attaquent notre religion à travers les crises qu’ils provoquent. La rhétorique anti-islam et anti-musulmane est l’outil le plus utile pour les politiciens occidentaux pour dissimuler leurs échecs". 

Ces déclarations ont été rapportées par le journal marocain La Nouvelle Tribune, avec une référence à "l’islam européen" et particulièrement à "l’islam français".

Recep Tayyip Erdogan considère également que les mesures annoncées par Emmanuel Macron, qui seront au coeur du projet de loi contre les séparatismes, participent à la création d’un "profil lâche, peu rassurant et timide pour les musulmans", ainsi qu’à un "système anti-islamique dans lequel les rituels religieux ne peuvent être pratiqués qu’à domicile et où l’utilisation des symboles religieux est interdite".

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !