Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
©ALAIN JOCARD / AFP

Ensauvagement

RATP : très forte hausse des violences envers les agents et les voyageurs

Selon un rapport interne, les agressions contre des agents de la RATP ont augmenté de 24% en 2017, tandis que celles contre les voyageurs ont progressé de 20%.

Le "sentiment d'insécurité" dans les transports en Ile-de-France est parfois bien plus qu'un sentiment. Selon un rapport interne confidentiel de la RATP, rédigé en juillet, la régie des transports a observé une forte augmentation des violences dans ses rames en 2017.

En 2017, les atteintes physiques visant les agents de la RATP ont augmenté de 24% par rapport à l'an dernier. Sur les 1230 atteintes physiques recensées, 29% concerne les conducteurs et 28% les conducteurs de bus, tram ou métro. 

Les passagers ne sont pas à l'abri. La régie fait aussi état d'une "augmentation des violences à l'encontre des voyageurs (+20%) notamment portée par la hausse des vols avec violences (+55%)". La RATP a décompté 6470 faits de violence sur les voyageurs en 2017, un chiffre qui, note la RATP, est "bien inférieur à celui de 2012". Cette année-là, 7115 faits avaient été signalés.

Néanmoins, la RATP se montre rassurante car "l'année 2018 ne confirme pas cette tendance. A ce stade, nous constatons une stabilisation voire même une légère baisse des atteintes à l'encontre des conducteurs de bus", a déclaré la régie à l'AFP.

"La caractéristique des collaborateurs de la RATP c'est qu'ils ont un contact très intense avec le public et donc au contact des faits de société. Par conséquent, ils sont effectivement exposés à des tendances sociétales qu'on peut tous constater", a expliqué vendredi sur France 2 Jean Agulhon, directeur des ressources humaines de la RATP.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !