Quatre personnes meurent chaque semaine en France à cause des antidouleurs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Quatre personnes meurent chaque semaine en France à cause des antidouleurs
©Pixabay

Un fléau

Quatre personnes meurent chaque semaine en France à cause des antidouleurs

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dresse le bilan de la consommation des médicaments en France.

Dans un rapport publié mercredi 20 février, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dresse le bilan de la consommation des médicaments en France. Il en ressort que les Français sont de plus en plus nombreux à prendre des médicaments antidouleur opioïdes. Ces derniers sont comparables à ceux de l’opium, indique Le Figaro qui évoque cette étude. Selon le rapport de l’ANSM, les personnes souffrant de douleurs aiguës, chroniques, de maux de dos ou de douleurs liées à l’arthrose sont ceux qui consomment le plus les opioïdes. L’âge moyen de ces consommateurs tourne autour de 52 ans pour les opioïdes faibles (tramadol, codéine, opium, par exemple) et 64 ans pour les opioïdes forts (morphine, oxycodone, fentanyl). Les patients seraient en majorité des femmes. En 2015, près de dix millions de personnes ont reçu une prescription pour l’un de ces médicaments. "Sur le podium des prescriptions se trouve le tramadol, suivi par la codéine et l’opium", rapporte Le Figaro.  

Le nombre de décès a augmenté de 146 %

D'après ANSM, en 10 ans, le nombre annuel d’intoxications par des antalgiques opioïdes a doublé. Environ 2.762 accidents de ce type ont été enregistrés entre 2005 et 2016 et le nombre d’hospitalisations a augmenté de 167 % depuis 2000 (près de 2.600 personnes hospitalisées en 2017). Le nombre de décès a également été en hausse de 146 % entre 2000 et 2015. Quatre personnes meurent chaque semaine d’une surdose d’antidouleur opioïde, selon l'étude. "Parmi les médicaments les plus impliqués, on retrouve le tramadol (37 décès en 2016) suivi par la morphine (22 décès), la codéine (16 décès) et l’oxycodone (8 décès)", précise Le Figaro.  

Les opioïdes ont tendance à entraîner une forte dépendance, mais pour ceux qui tombent dans le piège de l’addiction, il est difficile de se procurer ces médicaments en France. "Depuis juillet 2017 - date depuis laquelle la codéine n’est plus en vente libre -, tous les antalgiques opioïdes ne sont disponibles que sur prescription médicale. Quant aux opioïdes forts, ils ne sont délivrés que sur ordonnances sécurisées, traçables grâce à un numéro de lot et valables seulement 28 jours", souligne Le Figaro.  

Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !