Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©Brendan Smialowski / AFP

Lunaire

Quand Donald Trump fait la leçon au patron de la Nasa en lui demandant d'aller sur Mars sans passer par la Lune

Jim Bridenstine a tenté d'expliquer au président américain qu'il est nécessaire de s'entraîner sur la Lune avant de mettre le cap vers Mars.

A l’occasion du 50e anniversaire du premier pas sur la Lune (le 20 juillet aux Etats-Unis, le 21 juillet en France à cause du décallage horaire), Donald Trump a reçu vendredi les deux astronautes d'Apollo 11 encore en vie, Buzz Aldrin et Michael Collins (Neil Armstrong est mort en 2012) ainsi que l'administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine.

A cette occasion, le président américain, visiblement contrarié par le fait que "pour aller sur Mars, il paraît qu’il faut d’abord atterrir sur la Lune", a demandé à Jim Bridenstine : "on ne peut vraiment pas aller directement sur Mars, sans passer par la Lune?". Le patron de l'agence spatiale américaine a alors répondu que "la Lune est le banc d’essai" et que l’expérience lunaire permettrait de mieux concevoir les véhicules et équipements nécessaires pour une future mission martienne.

Le président s'est alors tourné vers les deux astronautes pour leur demander ce qu'ils en pensaient. "Pour moi, c’est Mars directement", a répondu Michael Collins, sans hésiter. "Pour moi aussi, c’est plutôt Mars directement. Après tout, qui en sait plus que ces deux-là?", a répondu Donald Trump.

"Le problème d’une mission directe vers Mars est qu’il y aura beaucoup de problèmes qu’on n’aura pas résolus", a tenté de reprendre Jim Bridenstine, sans réussir à intéresser le président américain. Réponse du président : "Jim Bridenstine était un bon parlementaire qui me soutenait la plupart du temps, mais pas tout le temps. [...] Le nommer à la tête de l’agence spatiale en 2017 ne fut pas une décision si facile". Puis le président américain a demandé son avis à Buzz Aldrin : "J’ai été plutôt déçu des 10 ou 15 dernières années", a lâché l’astronaute, citant notamment le vaisseau Orion, peu adapté selon lui à l'orbite lunaire.

"J’aimerais que vous écoutiez les autres [Jim]. Il y a des gens qui aimeraient faire ça différemment. Donc vous écouterez Buzz et les autres? OK?", a lancé le président américain. "Oui monsieur", a simplement répondu Jim Bridenstine.

Le HuffPost

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !