Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Mastodonte

Publicis et Omnicom fusionnent : le nouveau géant de la publicité est né

Le groupe français Publicis et son rival américain Omnicom ne font désormais plus qu'un. Cette fusion donne naissance à Publicis Omnium Group, nouveau leader mondial de la publicité devant le britannique WPP.

C'est désormais officiel : le groupe français Publicis (numéro trois mondial de la publicité) et son rival américain Omnicom (numéro deux) ont annoncé dimanche leur fusion. Publicis Omnicom Group devient ainsi le leader du secteur devant le britannique WPP, rapporte Capital. Le nouveau mastodonte de la pub, dont le capital sera partagé à 50/50 entre les actionnaires des deux sociétés, sera coté sur les bourses de Paris et New York, et codirigé par les patrons des deux entreprises, Maurice Lévy (Publicis) et John Wren (Omnicom), précise un communiqué conjoint.

Publicis Omnicom Group représente un chiffre d'affaires cumulé de 17,7 milliards d'euros et un capitalisation boursière de 26,5 milliards d'euros. Ce rapprochement devrait permettre de générer 377 millions d'euros d'économies d'échelle et de synergies, précise l'AFP.

Evoquant un moment "extrêmement important pour l'histoire des deux groupes et de la publicité", Maurice Lévy s'est déclaré "extrêmement heureux de cette opération qui va donner naissance au premier groupe mondial". Grâce à cette "fusion entre égaux", "nous sommes partis pour faire un grand succès", a-t-il ajouté. Ensemble, "nous allons travailler mieux et plus vite, et au plus près" des besoins des clients, a souligné de son côté John Wren.

Les discussions entre Publicis et Omnicom avaient débuté il y a six mois. Les deux partenaires espèrent boucler la transaction avant fin 2013 ou début 2014.

Lu sur Capital

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !