Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Prix de l'électricité : ils pourraient augmenter de 1,6% pour les particuliers d'ici fin 2014
©Reuters

Ajustement

Prix de l'électricité : ils pourraient augmenter de 1,6% pour les particuliers d'ici fin 2014

D'après la Commission de régulation de l'énergie (CRE), cette hausse pourrait même être plus importante... pour permettre à l'Etat de rembourser les sommes dues à EDF.

Ce n'est pas vraiment une surprise. Comme le prévoit le nouveau mode de calcul proposé par le gouvernement, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a annoncé ce mercredi que les tarifs réglementés de l'électricité devraient augmenter d'au moins 1,6% d'ici à fin 2014. Cette information survient 4 mois après l'annonce par Ségolène Royal de la suppression de l'augmentation de 5% des prix de l'électricité, qui devait être appliquée à partir du 1er août. 

Le nouveau mode de calcul des tarifs élaboré par le gouvernement inclut quant à lui une augmentation pour un grand nombre de particuliers (plus précisément, le tarif bleu résidentiel). Cette hausse devrait donc être de 1,6% d'ici fin 2014, puis de 1,5% en 2015 et enfin de 2% en 2016.

D'après la CRE, EDF accuserait un manque à gagner supérieur à 1,1 milliard d'euros. Il est donc toujours possible que cette prochaine hausse soit supérieure à 1,6% pour permettre à l'Etat de rembourser cette somme. Le Conseil d'Etat a en effet estimé que les tarifs en vigueur de 2012 à 2013 n'étaient pas représentatifs des coûts de l'électricien historique.

La CRE a également estimé que la Contribution au service public de l'électricité (CSPE) – qui finance les énergies renouvelables et les tarifs sociaux d'EDF – devrait augmenter de 3 euros en 2015, pour atteindre un montant de 19,50 euros.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !