Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©Reuters

L'ami russe

Présidentielle américaine : selon la CIA, la Russie a aidé Donald Trump à gagner l'élection

La Russie, via Wikileaks, a interféré dans la présidentielle pour aider Donald Trump à être élu, estime la CIA dans une évaluation secrète demandée par Barack Obama.

La Russie a-t-elle aidé Donald Trump à remporter l'élection présidentielle, notamment grâce à des piratages informatiques ? C'est la question à laquelle Barack Obama a demandé à la CIA de répondre. Le porte-parole de la Maison-Blanche l'a annoncé officiellement : "le Président en début de semaine a demandé un rapport complet sur les piratages informatiques menés pendant la campagne présidentielle. Nous ne voulons pas remettre en cause les résultats de l'élection, nous voulons juste protéger l'intégrité de notre système démocratique."

Un mois après le scrutin qui a vu le républicain l'emporter face à Hillary Clinton, le Washington Post a publié les résultats de cette enquête. "La communauté du renseignement estime que l'objectif de la Russie était de favoriser un candidat par rapport à un autre, d'aider Trump à être élu", a indiqué au journal un haut responsable mis au courant d'un exposé fait par le renseignement à des sénateurs.

Selon le quotidien, l'agence du renseignement intérieur "a identifié des individus, ayant des connexions avec le gouvernement russe, qui ont transmis à Wikileaks des milliers d'e-mails hackés du parti démocrate et du directeur de campagne d'Hillary Clinton." Parmi ces emails figurent des messages piratés sur les comptes de l'ancien directeur de campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton, John Podesta, et du parti démocrate, entre autres. Le New York Times note d'ailleurs des pirates russes ont aussi attaqué le système informatique du parti républicain, mais n'ont rien diffusé de leurs découvertes sur cette cible, pour ne pas fragiliser Donald Trump.

Reste que cette évaluation de la CIA n'est pas un rapport en bonne et due forme et ne reflète pas forcément la position des 17 agences américaines du renseignement. De plus, le renseignement américain ne dispose d'aucune preuve montrant la patte du Kremlin dans la divulgation des emails. A tel point que la CIA écrit que Moscou aurait eu recours à "des intermédiaires" pour parvenir à ses fins.

Sans surprise, l'équipe de Donald Trump a immédiatement rejeté les conclusions de la CIA. Non sans ironie, elle a rappelé que les analystes qui y sont parvenus "sont les mêmes que ceux qui disaient que Saddam Hussein disposait d’armes de destruction massive".

A lire aussi : Leçons d'une élection américaine : voilà comment la Russie s'invite à la présidentielle française 2017

 

Lu sur le Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !