Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Mathieu Gallet n'a pas convaincu les syndicats
©Reuters

Rien ne va plus

Poursuite de la grève à Radio France : les syndicats et la direction demandent l'intervention d'un intermédiaire

Echec des négociations à Radio France. Les syndicats ont quitté les lieux après quelques dizaines de minutes.

La grève se poursuit à Radio France après l'échec de négociations. Le CCE (comité central d'entreprise) qui s'est tenu ce mercredi n'a duré que quelques dizaines de minutes. La présentation du nouveau plan stratégique faite par Mathieu Gallet n'a pas convaincu. Les précisions sur le plan de départs volontaires et les 380 postes supprimés n'ont pas été jugées satisfaisantes. " A l’obtention de réponses, les syndicats grévistes ont préféré quitter la salle. La politique de la chaise vide, au risque de foncer dans le mur », a indiqué le SNJ (Syndicat national des journalistes).

"La direction déplore cet état de fait, convaincue que la présentation du projet stratégique était de nature à éclairer les élus, et à travers eux, les personnels, sur les choix stratégiques engageant l’avenir de Radio France", a réagi de son côté la direction de la radio publique.

Plus tôt ce mercredi, l'intersyndicale de Radio France avait exprimé ses craintes vis-à-vis d'un plan qu'elle perçoit comme  "lourd de périls graves pour l’avenir de Radio France". L'intersyndicale demande aussi une solution pour renouer "les fils du dialogue et de la confiance" qu'elle estime "rompus". Une opinion que partage Mathieu Gallet : "Peut-être que nous aurons besoin d’une intervention extérieure pour retisser les liens sociaux".

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, a quant à elle répété devant l’Assemblée nationale qu’elle prendrait "ses responsabilités"et des "décisions rapides". 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !