Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
si chaque passager va aux toilettes avant d'embarquer, cela permettrait d'économiser 0,2 litres d'urine, et donc 2,66 dollars de carburant par vol.
©Reuters

Fonds de tiroir

Tu t’es vu (sur la balance) quand t’as bu ? Pourquoi les compagnies aériennes projettent de vous faire payer les toilettes dans l’avion

Tarifer les bagages en soute, remplacer des couverts en métal par d'autres en inox, supprimer les bouteilles d'eau gratuites... A l'heure où le prix du carburant est au plus haut, les compagnies aériennes sont prêtes à tout pour faire des économies en réduisant le poids à bord de leurs avions.

Dans le monde de l'aviation, la légende veut que Bob Crandal, l'ancien PDG de la compagnie aérienne American Airlines, ait économisé 100 000 dollars à sa compagnie en faisant enlever une seule olive de chaque salade offerte durant les vols. L'olive en moins a permis aux avions d'American Airlines de voyager plus léger, économisant ainsi du carburant. Cette histoire est particulièrement pertinente aujourd'hui où le prix du carburant atteint des hausses historiques et que les compagnies aériennes cherchent désespérément à réduire leurs coûts.

Prenez Southwest Airlines, par exemple. Aviez-vous déjà remarqué que cette compagnie aérienne n'offrait aucun système de divertissement à bord de ses avions ? Car, au-delà du coût de l'achat, de l'installation et de la maintenance des petits écrans de télévision incorporés aux sièges, les "systèmes de loisirs" pèsent également 3,18 kilos chacun, ce qui augmente donc la consommation de carburants des avions.  

La question se pose donc : jusqu'à combien de carburant une compagnie peut-elle économiser en réduisant le poids de ses avions au maximum ? Le site fivethirtyeight s'est servi d'un système de calcul développé à l'Instut Technologique du Massachusetts pour le découvrir.

A distance équivalente, un avion léger économisera toujours plus de carburant qu'un autre plus lourd. Fivethirtyeight a pris en compte la distance du vol, le poids transporté à bord de l'avion et le type d'avion lui-même. Puis, il a simulé chaque phase du vol, de son départ à son arrivée, afin de déterminer le carburant consommé au cours du voyage. Le site a pris l'exemple d'un vol opéré trois fois par jour par Southwest Airlines allant de Boston à Denver, à bord d'un Boeing 737-700.

Selon Fivethirtyeight, le coût total du carburant pour un vol avec 122 passagers (85% de la capacité d'accueil de l'avion) coûte environ 7 900 dollars. Chaque kg supplémentaire engendre un coût marginal de carburant d'un peu moins d'un centime. Ainsi, si chaque passager va aux toilettes avant d'embarquer, cela permettrait d'économiser 0,2 litres d'urine, et donc 2,66 dollars de carburant par vol.

Ryanair est notamment réputé pour faire payer ses clients qui veulent aller aux toilettes. En 2010, Stephen McNamara, porte-parole de la compagnie, avait déclaré : "Nous espérons changer la mentalité des passagers pour qu'ils prennent l'habitude d'y aller avant ou après le vol". Dans une interview au Républicain Lorrain, Michael O'Leary, le patron de Ryanair, avait annoncé qu'il souhaitait supprimer des toilettes dans ses avions : "N’en garder qu’un sur quatre suffit largement, nos trajets étant en moyenne d’un peu plus d’une heure. Cela me permettrait de gagner six sièges". La compagnie low-cost est également connue pour faire payer très cher les bagages en soute. L'année dernière, O'Leary affirmait avoir déjà réussi à réduire de 80% à 19% le nombre de passagers enregistrant leur valise sur Ryanair.

La compagnie indienne GoAir, quant à elle, a eu l'idée de privilégier le recrutement d'hôtesses au détriment des stewards... car elles pèsent 20 kilos de moins en moyenne ! Un porte-parole a donc déclaré que le ratio hommes/femmes de la compagnie (40/60) allait se rapprocher des standards internationaux (30/70). A la clef, des économies de carburant évaluées à 500 000 dollars par an. D'autres compagnies ont par exemple eu l'idée de remplacer les couverts en métal par des couverts en inox : en effet, cela peut faire gagner 200 grammes par passager.

Evidemment, les avions pesant eux-mêmes très lourd, toutes ces économies ne représentent qu'une infime fraction du cout total du carburant consommé au cours d'un vol. Car même si un avion voyageait sans passagers ni bagages, il consommerait 6 600 dollars en carburant pour aller de Boston à Denver et n'économiserait pas plus de 1 300 dollars. En somme, une fois qu'une compagnie aérienne a décidé d'un itinéraire, elle ne peut plus contrôler qu'une toute petite partie de la consommation totale du carburant.

Mais si, pour un seul vol, ces économies semblent insignifiantes, elles penchent réellement dans la balance quand on prend tous les voyages effectués par une seule compagnie. En moyenne, un avion de la compagnie Southwest décolle toutes les 24 secondes chaque jour.

Pour montrer à quel point ces petites économies pouvaient changer la situation d'une compagnie aérienne, pouvaient être importantes, Fivethirtyeight a étendu sa simulation à chacun des 1,6 million de vols opérés par Southwest Airlines en 2013. La somme économisée par vol dépend du type d'avion et de la distance parcourue. Au cours de son analyse, le site a donc calculé les économies de carburant pour chaque vol indépendamment.

En conclusion, rajouter du carburant pour chaque téléphone portable de passagers coûte... 1,2 million de dollars par an à Southwest ! Cela va jusqu'à 7 millions de dollars si chaque personne transporte avec elle une tablette et 21,6 millions si tout le monde a un ordinateur portable... Enfin, les coûts en carburant pour transporter des programmes de divertissements coûtent 39,7 millions de dollars par an. Ainsi, si une compagnie comme Southwest prêtait un iPad à chaque passage au lieu d'une petite télévision, elle économiserait environ 32,7 millions de dollars par an.  

Les compagnies aériennes comptent étendre leurs économies à divers domaines. American Airlines a par exemple décidé de remplacer les documents de vol du pilote par un iPad contenant cartes, chartes et manuels. Grâce à ce nouveau système, la compagnie espère économiser 1,2 million de dollars par an. Et si Southwest empêchait ses passagers d'aller aux toilettes pendant un vol, elle économiserait environ 2,1 millions de dollars par an. Une façon moins agressive de faire des économies consiste par exemple à ne plus distribuer aux passagers de petites bouteilles d'eau : cela épargnerait 2,4 millions de dollars par an. Les compagnies aériennes Budget et Spirit font déjà payer l'eau aux passagers qui désirent en boire.  

Et qu'en est-il alors de la théorie de l'olive de Bob Crandal ? Selon fivethirtyeight, à l'heure actuelle, enlever une olive de chaque menu permettrait à Southwest d'économiser 40 000 dollars par an.

Mais si diminuer le poids des avions permet aux compagnies aériennes d'économiser des millions de dollars en carburant chaque année, quel est l'impact de cette épargne sur la compagnie ? En 2013, les 700 avions opérés par Southwest ont consommé un peu moins de 7 millions de litres de carburant. Sur chaque dollar gagné sur le prix d'un billet, 33% était utilisé pour acheter de l'essence ; autrement dit, réduire les dépenses de carburant de 3% permettrait aux compagnies d'augmenter leur marge de profit d'1%.

Selon le MIT’s Airline Data Project, Southwest a réalisé 754 millions de dollars de bénéfices en 2013. Si la compagnie décidait d'installer un système de divertissement à bord de ses avions, cela réduirait la moyenne de ses profits de 10%. En revanche, retirer les magazines distribués à bord lui permettrait de les augmenter d'1% (si l'on ne prend en compte aucune perte de revenu publicitaire). 

Ainsi, rajouter des charges à leurs passagers, sur les bagages à main par exemple, a un double intérêt pour les compagnies aériennes. En effet, cela incite à voyager léger, réduisant alors la consommation de carburant. Dans le même temps, cela permet aux compagnies d'engranger directement des revenus supplémentaires.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !