Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
©Reuters

Faux débat ?

Pourquoi diaboliser l'e-cigarette pourrait empêcher de sauver des millions de vies

Controversée, la cigarette électronique est devenue la nouvelle cible des groupes anti-tabac.

Cigarette = E-cigarette ? Difficile de faire la part des choses mais les groupes anti-tabac semblent avoir choisi leur camp, particulièrement aux Etats-Unis où les campagnes de pub anti-vapotage de multiplient pour dénoncer cette "nouvelle addiction." Mais à force de diaboliser le petit objet électronique, ses opposants n'empêchent-ils pas des millions de fumeurs de trouver une alternative à la clope et peut-être ainsi de diminuer progressivement la nicotine ?

Chaque mois, de nouvelles études viennent se contredire sur le sujet. Ainsi, une dernière étude de l’école de santé publique de l’université de Harvard, aux Etats-Unis pointe du doigt certaines substances chimiques dangereuses retrouvées dans les arômes. Elle-même est contestée par d'autres.

Mais finalement, c'est surtout la nicotine, substance très addictive, qui créé la confusion. Prise à part, celle-ci n'est pas dangereuse. Ce sont les autres substances, comme le goudron, qui provoquent les maladies. Pourtant, la comparaison reste d'actualité. En France, un article de la loi santé, voté début décembre, assimile la cigarette électronique aux produits du tabac, provoquant la colère des fabricants mais aussi des tabacologues. "Cet outil de sevrage, dont l’essor a fait décrocher la vente de tabac en 2013, sera demain non pas interdit mais dépossédé des atouts qui en font une arme efficace dans la lutte contre le tabagisme", s'est plaint dans Libération Jacques Le Houezec, pharmacologue et tabacologue. A force de comparer cigarette et e-cigarette, peut-être se prive-t-on de sauver des milliers de vies...

Lu sur Rolling Stone

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !