Pierre Gattaz veut "réinventer un capitalisme à la française" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pierre Gattaz veut "réinventer un capitalisme à la française"
©Reuters

Ambition

Pierre Gattaz veut "réinventer un capitalisme à la française"

"Un vent de renouveau souffle sur la politique française et c'est une bonne nouvelle. Le 'ni droite ni gauche' a un avantage indéniable : celui d'avoir fait voler en éclats les dogmes et les postures", estimé le président du Medef, dans Les Echos.

Dans une tribune publiée ce lundi par le quotidien Les Échos, le président du Medef prône un capitalisme "libéral, humain et environnemental", et veut placer la liberté "au cœur" du projet économique de la France. 

"Un vent de renouveau souffle sur la politique française et c'est une bonne nouvelle. Le 'ni droite ni gauche' a un avantage indéniable : celui d'avoir fait voler en éclats les dogmes et les postures. Ce jeu tellement français du : 'l'économique est de droite, le social de gauche et l'environnemental forcément chez les écolos' n'a ainsi plus cours. Comme si le premier pouvait se priver des deux autres", écrit Pierre Gattaz.

>>>> À lire aussi : Capitalisme ou socialisme, n'est pas le plus hédoniste celui qu'on croit

"Les Français ont décidé que ce temps avait vécu. Qu'on pouvait avoir des ambitions économiques, sociales et environnementales simultanément. Réjouissons-nous ! Mais soyons lucides : le plus dur reste à faire, les vieux réflexes, les oppositions caricaturales, ont la vie dure. Tous autant que nous sommes, monde patronal, syndical et ONG nous devons nous remettre en question. Notre ambition commune doit être de réinventer un capitalisme 'à la française', un capitalisme qui soit libéral, humain et environnemental", estime également le président du Medef. 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !