Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Récurrence

Phénomène El Niño : il pourrait sévir à nouveau fin 2014

"Le monde doit se préparer à un nouvel épisode El Niño car la probabilité que survienne un véritable épisode atteint 60% en juin et août et 75 à 80% pour la période octobre-décembre" a déclaré l'Organisation météorologique mondiale.

D'après les observations de l'OMM (Organisation météorologique mondiale), le phénomène destructeur "El Niño" (ou "Petit enfant", baptisé ainsi en référence à l'enfant Jésus) aurait 80% de chances de refaire surface à la fin de l'année 2014. "Le monde doit se préparer à un nouvel épisode El Niño" car "la probabilité que survienne un véritable épisode El Niño atteint 60% en juin et août et 75 à 80% pour la période octobre-décembre" a notamment déclaré l'organisation, selon laquelle "de nombreux gouvernements ont déjà commencé à se préparer pour l'arrivée d'El Niño".

L'OMM a néanmoins précisé que la violence du phénomène devrait être plutôt "modérée". Caractérisé par une hausse de la température dans l'Océan Pacifique, combinée à de fortes perturbation météorologiques, ce phénomène connaît une récurrence "tous les 2 à 7 ans" d'après l'OMM, qui insiste dans le même temps sur "l'incidence majeure" de ce phénomène sur le climat mondial.

"El Niño" avait frappé pour la dernière fois en 2009 et en 2010. Cette fois-ci, l'OMM explique que "le Pacifique tropical devrait continuer à se réchauffer dans les mois à venir, avec un pic attendu au 4ème trimestre, et persistera jusqu'aux premiers mois de 2015, avant de se dissiper". L'organisation publique française "FranceAgriMer" s'est quant à elle inquiétée au mois de juin des très probables "effets dévastateurs du phénomène sur les récoltes de blé en Australie". Une fois "El Niño" disparu, celui-ci devrait laisser place à un phénomène appelé " El Niña", qui marque un refroidissement des températures dans cette région de l'océan Pacifique. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !