Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
©capture d'écran Facebook / ACTA

ACTA

Paris : des militantes pro-burkini se baignent dans une piscine du 11e arrondissement et provoquent sa fermeture

Une quinzaine de militantes féministes et musulmanes ont provoqué la fermeture d'une piscine du 11e arrondissement de Paris. Les faits se sont déroulés le dimanche 1er septembre.

Une quinzaine de militantes féministes et musulmanes, vêtues de maillots de bain une ou deux pièces, ainsi que des personnes transgenres et quelques hommes se sont mobilisés pour une action dans une piscine du 11e arrondissement de Paris. Cinq femmes musulmanes se sont baignées en burkini. Cette scène s'est déroulée à la piscine de la Cour des Lions, rue Alphonse Baudin.  

Selon des informations de BFMTV et du Point, les militantes ont prononcé le slogan suivant : 

"On se baignera ! On se baignera ! Même si les racistes veulent pas, nous on se baignera !".  

Des maîtres-nageurs sont intervenus ainsi que la police. Lors d'une brève altercation, un homme irrité par l'initiative a montré son sexe aux militantes.  

Après une trentaine de minutes, la direction de l'établissement a décidé de fermer la piscine. Le groupe a ensuite déployé une banderole à l'extérieur du complexe. Le message suivant était inscrit : 

"Piscine pour toutes, stop islamophobie". 

Dans un communiqué, le collectif a réclamé "le changement des règlements intérieurs des piscines, et l'accessibilité aux loisirs pour tous-tes" :

"Nos corps nous appartiennent, nous les couvrons ou les découvrons pour des raisons qui nous regardent".

Une opération similaire avait été menée à Grenoble au mois de juin. Une polémique nationale avait alors éclaté. Le Premier ministre Édouard Philippe avait estimé que les règles des piscines publiques doivent être respectées, et qu'"aucune conviction religieuse" ne pouvait être prise en compte pour y déroger.

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !