Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Même les zones réputées sûres du Pakistan ne sont pas à l'abri du danger.

Attentat à haute altitude

Pakistan : dix alpinistes abattus par des Talibans

Les touristes étrangers et leur guide ont été tués cette nuit dans un camp de base sur le Nanga Parbat, 9e sommet du monde.

C'était une zone pourtant réputée sûr du Pakistan :  un camp de base du Nanga Parbat, dans l'Himalaya pakistanais, a été pris pour cible cette nuit par des talibans. Neuf touristes, dont cinq Ukrainiens, des Chinois et des Russes ont été tués. Vers 22h, des hommes armés ont fait irruption dans le camps et ont fait feu sur les dix hommes.

L'attaque a été revendiquée par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP). Dans un appel téléphonique à l'AFP, un porte-parole du TTP, Ehsanullah Ehsan, a expliqué que l'opération avait été menée par une faction jusqu'ici inconnue, "Junood ul-Hifa", pour venger la mort du numéro deux des talibans pakistanais, Wali ur-Rehman, tué en mai par un tir de drone américain.

Tous les points d'entrée et de sortie de la région ont été fermés, assure la police locale. Cette zone montagneuse n'est en effet pas connectée au réseau routier : il n'est possible de s'y déplacer qu'à pied et à cheval.

"De tels actes cruels et inhumains ne sauraient être tolérés et tous les efforts seront entrepris pour faire du Pakistan un lieu sûr pour les touristes", a déclaré le premier ministre pakistanais, Newaz Sharif.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !