Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Olivier Véran ministre de la santé coronavirus covid-19
©Eliot BLONDET / AFP / POOL

Lutte contre le virus

Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"

Le ministre de la Santé Olivier Véran s'est exprimé lors d'une conférence de presse sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France. Il a dévoilé un certain nombre de mesures restrictives afin de lutter efficacement contre le virus.

Le ministre de la Santé s'est exprimé ce mercredi 23 septembre sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus. D'après Olivier Véran, "la situation continue globalement de se dégrader. Les conséquence sanitaires et le niveau de tension hospitalière exige que nous prenions des mesures supplémentaires". 

Selon les chiffres du ministre de la Santé, le taux d'incidence est en hausse constante, 94,87 cas pour 100.000 habitants. 

Le facteur r, le taux de reproduction du virus, est entre 1,05 et 1,07. 

"Ce r était beaucoup plus élevé lors de la première vague. Si nous réalisons encore quelques efforts, nous pouvons le faire baisser et réduire enfin la circulation du virus", selon Olivier Véran. 

Olivier Véran a néanmoins évoqué une situation "inquiétante" dans les hôpitaux. 

En Ile-de-France, le nombre de patients hospitalisés a doublé en une semaine (de 460 à 1000). À ce rythme, au 11 novembre, 85% des capacités régionales hospitalières seront utilisées, selon le ministre de la Santé. 

Olivier Véran a appelé au respect des gestes barrières, au lavage des mains, au respect des distances, au port du masque et à la réduction des interactions sociales. 

Le ministre de la Santé a évoqué le sujet du reconfinement :  

"Nous faisons tout pour ne pas en arriver à des mesures de confinement. Nous ne sommes pas dans la situation du printemps dernier. Nous n'envisageons pas de tendre vers un confinement". 

Des mesures strictes seront néanmoins appliquées dans les prochains jours. 

Les métropoles de Bordeaux, Lyon, Nice, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Paris et sa petite couronne, Rouen, Grenoble, et Montpellier passent en alerte renforcée. 

A compter de samedi des mesures seront prises dans ces zones. Elles concernent l'abaissement de la jauge des rassemblements à 1000 personnes, l'interdiction des grands événements (fêtes locales/étudiantes), l'interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans les plages et parcs, la fermeture anticipée des bars au maximum jusqu'à 22 heures, la fermeture de toutes les salles des fêtes, des gymnases et des salles de sport. 

Selon Olivier Véran, 69 territoires sont en zone de circulation active à compter de samedi. La Guadeloupe et la métropole d'Aix-Marseille sont placées en alerte maximale, selon Olivier Véran. Dans ces zones, les bars et les restaurants seront totalement fermés pour une période de quinze jours, ainsi que tous les établissements recevant du public, sauf s'il existe un protocole sanitaire strict déjà en place. Les lieux culturels ne sont pas concernés par ces protocoles, selon le ministre de la Santé, qui insiste au maximum au télétravail.

"Le but de ces mesures est qu'elles ne durent pas plus de deux semaines. L'ensemble des dispositifs d'aide mis en place pendant le confinement seront de nouveau en oeuvre. Si malgré ces mesures, la situation sanitaire devait encore s'aggraver, ces territoires pourraient passer en état d'urgence sanitaire, si les réanimations devaient se remplir. A cette date, aucun territoire n'est concerné".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !