Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©Reuters

Tensions

Nuit Debout : la place réinvestie, la mairie hausse le ton

Evacuée lundi matin, la place de la République retrouvait plusieurs centaines de manifestants dès la nuit tombée.

On ne se débarrassera pas si facilement d’eux, promettent les jeunes manifestants du mouvement ‘’Nuit Debout.’’ Alors que la place de la République avait été évacuée dans le calme, lundi matin, les opposants à la Loi Travail sont revenus à la nuit tombée sur la place. ‘’Ils ont voulu nous enterrer, mais ils ont oublié que nous étions des graines et que nous allons repousser!’’ a lancé une jeune fille au micro, relayé par le Parisien. Forcément, cette présence de centaines de personnes laisse craindre des risques pour la sécurité, en plein état d’urgence.

A LIRE AUSSI - 400 à 500 millions d’euros pour les jeunes, et après ? Pourquoi ce énième plan “rustine” sera sans effets sur les problèmes réels auxquels la France devrait (enfin) s’attaquer

Anne Hidalgo, qui voit d’un mauvais œil cette présence envahissante et les quelques dégâts qu’elle provoque (des dalles ont été enlevées), plaide désormais pour un usage ‘’partagé’’ de la place de la République. ‘’De la même manière que rien ne s'oppose à ce que des citoyens débattent une partie de la nuit, rien ne doit s'opposer à ce qu'ils libèrent la place une fois qu'ils ont terminé leurs discussions’’ explique-t-elle dans un communiqué commun avec les maires des 3ème, 10ème et 11ème arrondissements. Et de conclure sur une condamnation ferme des violences contre les commissariats : ‘’S'il est légitime de rêver d'un autre monde, il ne l'est pas de dégrader celui-ci.’’ Ce mardi matin, les forces de l'ordre sont de nouveau intervenues pour évacuer la place. Qui se remplira probablement le soir même...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !