Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Reuters
Barack Obama a appelé le Congrès à amender le "Patriot Act".

Grandes oreilles

NSA : Barack Obama veut réformer le "Patriot Act" pour plus de transparence

Après la polémique déclenchée par les révélations d'Edward Snowden, le président américain a promis vendredi des réformes dans la surveillance des communications, mais a démenti tout abus.

Lors d'une conférence de presse donnée vendredi, Barack Obama a appelé le Congrès à amender le "Patriot Act" - un ensemble de lois anti-terroristes mises en œuvre en 2001 par l'administration Bush après les attentats du 11 septembre. Une annonce directement liée aux révélations d'Edward Snowden sur la surveillance des citoyens par l'Agence nationale de la sécurité (NSA). Barack Obama souhaite plus précisément réformer la disposition prévoyant la collecte des métadonnées téléphoniques. "Nous pouvons et devons être plus transparents" sur ce point, a-t-il déclaré.

Promettant une "nouvelle ère" dans le renseignement avec "davantage de supervision, davantage de transparence et de garde-fous", le président américain a dit comprendre "les inquiétudes de ceux qui craignent qu'il pourrait y avoir des abus". Mais il a assuré que les Etats-Unis ne souhaitaient pas espionner "les citoyens ordinaires". Le programme d'espionnage Prism est "un outil important dans nos efforts pour prévenir les complots terroristes", a-t-il souligné. 

Parmi les mesures évoquées : un responsable de la vie privée et des libertés publiques va être nommé à la NSA. Barack Obama a ajouté que l'administration allait déclassifier des documents sur le renseignement. "Nous avons déjà déclassifié un nombre d'informations sans précédent à propos de la NSA. Mais nous pouvons aller plus loin", a-t-il expliqué, évoquant l'aspect juridique du programme de surveillance. "Toutes ces mesures sont destinées à faire en sorte que les Américains puissent avoir confiance dans le fait que nous respectons nos intérêts et nos valeurs", a-t-il fait valoir.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !