Nigeria : les lycéennes enlevées seront traitées en "esclaves" selon le chef du groupe terroriste Boko Haram | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Nigeria : les lycéennes enlevées seront traitées en "esclaves" selon le chef du groupe terroriste Boko Haram
©

Revendication

Nigeria : les lycéennes enlevées seront traitées en "esclaves" selon le chef du groupe terroriste Boko Haram

Le groupe a revendiqué le rapt de plus de 200 lycéennes au Nigéria.

L'avenir des lycéennes s'assombrit encore. Dans une vidéo de 57 minutes, Abubakr Shekau, chef du groupe islamiste armé Boko Haram, a revendiqué, lundi, leur enlèvement mi-avril à Chibok, dans le nord-est du Nigéria. Et le message est glaçant : "j'ai enlevé vos filles, je vais les vendre sur le marché, au nom d'Allah", a déclaré le chef du groupe. Il évoquait ainsi les 276 lycéennes enlevées le 14 avril dernier dans leur établissement scolaire de Chibok dans l'Etat de Borno, dont 53 ont réussi à s'enfuir et 223 sont toujours en captivité, selon la police. Selon certaines rumeurs, des adolescentes auraient pu être transférées au Tchad et au Cameroun, où elles auraient été vendues pour 12 dollars chacune.

Boko Haram, dont le nom signifie "l'éducation occidentale est un péché" en langue haoussa, revendique la création d'un Etat islamique dans le nord du Nigéria. Le groupe extrémiste a déjà fait plusieurs milliers de morts depuis le début de son insurrection en 2009, au cours d'attaques visant des écoles, des églises et des symboles de l'Etat. Mais cet enlèvement de masse, visant particulièrement des filles, constitue l'attaque la plus choquante depuis l'existence de ce mouvement. Plus de 1 500 morts sont à déplorer depuis le début de l'année. Depuis cet enlèvement, les Nigérians s'organisent via le hashtag #BringBackOurGirls ("Ramenez nos filles").

lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !