Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société

Faites vos choix

Nicolas Sarkozy demande aux militants Républicains de choisir entre assimilation et intégration

Cette question est un de ses principaux points de clivage avec Alain Juppé, qui est favorable à l'intégration.

Assimilation? Intégration? Les militants des Républicains vont devoir choisir. A l'issue d'une demi-journée de travail sur l'immigration mercredi, Nicolas Sarkozy a demandé leurs avis aux membres de son parti. Ces derniers ont 48 heures pour répondre à cette question et onze autres sur le site republicains.fr. Les résultats du vote seront ensuite présentés au bureau politique du parti, le 22 septembre.

 

Ce choix entre assimilation et intégration est également un moyen d'affirmer sa différence avec son grand rival pour la primaire à droite, Alain Juppé. Ce dernier prône en effet pour l'intégration (qui permet le maintien de différences), alors que Nicolas Sarkozy souhaite l'assimilation (pleine adhésion aux normes de la société d'accueil).

Et selon toute vraisemblance, la base devrait se prononcer pour l'assimilation. Selon un dirigeant du parti cité par Le Monde, "Sarkozy veut montrer qu’il incarne la ligne majoritaire au sein du parti. Il fait adopter par les adhérents un projet très à droite pour faire passer Juppé pour un centriste."

Parmi les autres questions, on retrouve "Estimez-vous nécessaire de créer des centres de rétention, à l’extérieur de l’Europe, pour empêcher les drames en Méditerranée et n’examiner que les demandes d’accueil provisoire des réfugiés de guerre ?", "faut-il renforcer les critères de naturalisation?", ou encore "faut-il adapter le droit du sol?".

Nathalie Kosciusko-Morizet vice-présidente du parti, a souhaité dévoiler publiquement ses réponses dès mercredi soir sur son site Internet.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !