Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
©

News of the World

Un tabloïd dans le caniveau

Rupert Murdoch a décidé de fermer le journal après un scandale d'écoutes téléphoniques illégales.

Il s'en imprimait chaque jour près de 2,8 millions d'exemplaires.

Le sulfueux tabloïd britannique News of the World n'existera plus à la fin de la semaine, après 168 années d'existence. Ainsi en a décidé le fils du magnat Rupert Murdoch, président de News Corp et propriétaire du journal.

News of the World était englué dans un scandale d'écoutes téléphoniques illégales qui a pris une ampleur inédite ces derniers jours. Déjà accusé d'avoir piraté les téléphones du prince William, de Sir Alex Fergusson ou encore de l'actrice Sienna Miller, le plus populaire des tabloïds britanniques se voit désormais reprocher d'avoir écouté les messageries des portables des familles de soldats tués en Irak, de victimes de l'attentat de 2005 et d'une adolescente enlevée et retrouvée morte en 2005.

L'ancienne rédactrice en chef de "NOTW" aujourd'hui présidente de News International est clairement dans le viseur des députés et des salariés qui vont perdre leur emploi. Proche de David Cameron, elle devrait être entendue par la justice. Son successeur jusqu'en 2007, lui, a démissionné de son nouveau poste. Il était le directeur de la communication du Premier ministre britannique.

En fermant News of the World, Rupert Murdoch entend aussi ne pas trop compromettre sa tentative de prise de contrôle de B Sky B. News Corp, qui en détient déjà 33 %, possède également The Sun, un journal qui pourra capter sans trop de problèmes le lectorat de son défunt concurrent...

Lu sur Paris Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !