Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Mort de Rémi Fraisse : des traces de TNT retrouvées sur les vêtements de la victime
©

Suite

Mort de Rémi Fraisse : des traces de TNT retrouvées sur les vêtements de la victime

Le procureur a indiqué ce mardi après-midi que cela signifie qu'une grenade offensive a été tirée et qu'elle pourrait être à l'origine de la mort du jeune homme.

Les premires résultats de l'enquête tombent progressivement. Ce mardi après-midi, le procureur d'Albi a indiqué que les analyses des vêtements de Rémi Fraisse montrent des traces de TNT. Il s'agit d'un explosif utilisé dans la composition des grenades des gendarmes. "Ces résultats même partiels orientent l'enquête de façon significative puisque la mise en oeuvre d'un explosif militaire de type grenade offensive semble acquise" a-t-il expliqué devant les journalistes. Dans le même temps, Bernard Cazeneuve a suspendu pendant une quinzaine de jours, "l'utilisation des grenades offensives" par les policiers jusqu'aux résultats d'une enquête interne. 

Interrogé par l'AFP sur les grenades, qui auraient causé la mort du jeune militant, un spécialiste a soutenu que ces grenades "ne peuvent pas à elles seules tuer, sauf improbable concours de circonstances". Les forces de l'ordre, gendarmes et policiers, emploient - outre les grenades lacrymogènes des grenades de désencerclement ou assourdissantes et celles dites offensives"Ça peut faire mal, une offensive peut t'arracher une main ou un pied, mais ça ne tue pas" a dit le spécialiste.

Le corps de Rémi Fraisse avait été retrouvé dans la nuit desamedi à dimanche après des affrontements violents entre des opposants au projet de barrage et les forces de l'ordre. Libération a publié une vidéo des affrontements avant la mort du jeune militant.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !