Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Entre les balles

Mort de Fidel Castro : comment le "Lider Maximo" a réussi à échapper aux multiples tentatives d'assassinat de la CIA

Cigares empoisonnés, Caméras-pistolets… Selon les autorités cubaines, il aurait été visé par plus de 600 attentats contre sa personne.

Immortel, Fidel Castro ne l'est finalement pas. Mais l'ancien leader communiste peut se targuer d'avoir évité une multitude de tentatives d'assassinats et d'avoir enterré la plupart de ceux qui voulaient le voir mort. En 50 ans de règne, il aurait ainsi échappé à "plus de 600 tentatives de meurtre" à en croire les autorités cubaines. Si le chiffre est difficile à évaluer, nul doute que les opposants, à commencer par la CIA, ont cumulé des échecs en série.

Les premiers datent du début des années 1960, quelques années après la prise du pouvoir de Fidel Castro sur l'île. Le président américain John Kennedy avait ainsi lancé l'opération "Mongoose" après l'échec du débarquement d'avril 1961. Parmi les actions menées, toute une série d'attentats aussi farfelus qu'inefficaces : cigares et stylos-plume empoisonnés, coquillages explosifs sur les sites de plongée préférés du chef d'Etat… Les échecs sont patents. Une pilule de poison aurait ainsi dû être glissée dans son milk-shake chocolat mais elle reste colée au congélateur et se brise dans les mains du serveur-assassin. La mafia italienne avait aussi été chargée d'en finir mais le plan d'empoisonnement s'est effondré à la dernière minute. Une autre fois, c'est la maitresse du Lider Maximo qui ne trouve pas le courage d'appuyer sur la gâchette.  

Dernièrement, Fidel Castro lui-même s'étonnait de sa longévité. "Je ne l'au jamais cru. Ce ne fut pas le fruit d'un effort, mais le caprice du destin." Finalement, il est mort à 90 ans.

Lu sur Le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !