Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
En plus d'Aylan, son frère et sa mère avaient perdu la vie dans la traversée.
En plus d'Aylan, son frère et sa mère avaient perdu la vie dans la traversée.
©STR / DOGAN NEWS AGENCY/AFP /

Accueil

Migrants : la famille du petit Aylan obtient l'asile au Canada

Un pont aérien sera engagé dès la semaine prochaine par le Canada, afin d’acheminer 10.000 réfugiés syriens avant la fin du mois de décembre.

La famille de l’enfant syrien nommé Aylan Kurdi, dont la photo du corps noyé sur une plage grecque avait ému l’opinion au mois de septembre, a obtenu le droit d'asile au Canada, révèle ce vendredi la chaîne CBS. En plus d'Aylan, son frère et sa mère avaient perdu la vie dans la traversée.

Tima Kurdi, la tante du petit Aylan, qui habite près de Vancouver dans l’ouest du Canada, a expliqué que les services canadiens de l'immigration l'ont prévenue de "l'approbation" du statut de réfugiés pour l'oncle d'Aylan, ainsi que pour son épouse et leur cinq enfants."Cela va se faire", les services de l'immigration "vont les emmener", a-t-elle affirmé à la télévision publique canadienne. 

Par ailleurs, un pont aérien sera engagé dès la semaine prochaine par le Canada, afin d’acheminer 10.000 réfugiés syriens avant la fin du mois de décembre, puis, dans un second temps, 15.000 autres réfugiés en janvier et février 2016. La photo polémique du jeune Aylan âgé de trois ans, retrouvé mort sur une plage de l'île de Kos (Grèce) alors que sa famille tentait de rejoindre l'Europe, avait particulièrement ému l’opinion au Canada. Cette famille venue de Syrie avait choisi d’entreprendre cette très dangereuse traversée de la Méditerranée après s'être vu refusée l'asile par le gouvernement canadien. 

 
Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !