Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Migrants : l'OCDE annonce un million de demandes d'asile en Europe pour cette année
©Reuters

Record

Migrants : l'OCDE annonce un million de demandes d'asile en Europe pour cette année

L'organisme a publié un rapport sur cette crise "sans précédents" sur le continent.

Le record est sans commune mesure. Alors que l'Europe a fait face à 626 000 demandes d'asile pour l'année 2014, ce chiffre a explosé et devrait atteindre la barre du million pour cette année 2015. Parmi eux, entre 350 000 et 450 000 personnes obtiendront un droit de séjour, prophétise l'Organisation de coopération et de développement économiques dans un nouveau rapport. "Des chiffres jamais atteints depuis la Seconde Guerre mondiale" rappelle l'OCDE.

Dans les détails, cet afflux de migrants ne concerne que quelques pays, dont la Turquie qui accueille 1,9 million de Syriens sur son sol et de nombreux Iraquiens, chassés par la guerre. Dans l'Union européenne, l'Italie, la Grèce et la Hongrie sont particulièrement touchées par le transit de personnes mais les destinations finales restent majoritairement l'Allemagne, la Suède et dans une moindre mesure, l'Autriche en raison de leur stabilité économique et de leur marché du travail plus favorable. De son côté, la France n'a reçu "que" 60 000 demandes d'asile, soit le même nombre qu'en 1989 après la chute du mur de Berlin.

Si la traversée de la Méditerranée depuis la Lybie était la route principale des arrivants en 2014, c'est désormais le passage par la Turquie et la Grèce, moins dangereuse, qui prévaut. Quant à la nationalité des demandeurs d'asile, elle n'est pas si évidente. Les Syriens ne représentent que 14% des demandes, devant les Iraquiens (7%) et les Afghans (6%).

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !