Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: RODRIGO ARANGUA / AFP

Y'a pas prescription ?

Mexique : le président demande au Vatican et à l'Espagne des excuses pour la conquête de 1521

En 2019, après une demande similaire, l'Espagne avait répondu qu'on ne pouvait juger avec notre regard actuel l'arrivée des Espagnols il y a cinq siècles.

Andrés Manuel Lopez Obrador, le président du Mexique, réclame des excuses de la part du Vatican et de l'Espagne pour les "atrocités les plus honteuses" commises lors de la Conquête espagnole en 1521. Dans une lettre adressée au pape François et publiée samedi sur les réseaux sociaux, il estime que les peuples indigènes "méritent non seulement cette attitude généreuse de notre part mais aussi l'engagement sincère qu'aucun acte d'irrespect de leurs croyances et cultures ne sera jamais, jamais commis".

Ce n'est pas la première fois que le président méxicain, petit-fils d'un Espagnol, fait cette demande. En 2019, le gouvernement socialiste espagnol avait répondu officiellement que "l'arrivée, il y a 500 ans, des Espagnols sur le territoire mexicain actuel ne peut pas être jugée à l'aune de considérations contemporaines". Le Vatican, de son côté, avait rappelé que plusieurs papes avaient déjà présenté leurs excuses pour les abus commis contre les peuples indigènes au nom de l'évangélisation. C'est même le cas du pape François, qui en 2015 avait demandé pardon "non seulement pour les offenses de l'Eglise même, mais pour les crimes contre les peuples autochtones durant ce que l'on appelle la conquête de l'Amérique".

Cette nouvelle demande intervient dans le contexte des commémorations en 2021 du 200e anniversaire de l'Indépendance du Mexique et de celles du 500e anniversaire de l'invasion européenne, marquée par la chute du royaume aztèque de Tenochtitlan.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !