Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Médine au Bataclan : des affiches hostiles au concert placardées à Paris avec les photos des victimes
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Campagne douteuse et nauséabonde

Médine au Bataclan : des affiches hostiles au concert placardées à Paris avec les photos des victimes

Des affiches avec les portraits des victimes de l'attaque du Bataclan et un appel à l'annulation des concerts de Médine ont été placardées dans Paris. La mairie du 11e se mobilise pour faire retirer ces affiches.

Les concerts du rappeur Medine au Bataclan, prévus en octobre prochain, sont au cœur d'une nouvelle polémique à Paris. Des photographies des victimes de l'attentat du 13 novembre ont été placardées sur des affiches dans les rues de la capitale. La légende de l'affiche porte la mention "Non au rappeur Médine au Bataclan". 

Les dates prévues à la rentrée prochaine étaient au cœur d'un vaste débat depuis de nombreux mois. La droite et l'extrême droite exigeaient l'annulation du concert du rappeur. 
 
Le texte d'une ancienne chanson de l'artiste et le titre d'un de ses albums ont provoqué la colère de certains dirigeants politiques opposés à la venue du rappeur dans la salle où le terrorisme a frappé, le soir des attentats du 13 novembre 2015. Des familles de victimes étaient également opposées au fait que le rappeur se produise dans la salle. 
 
La mairie du 11e arrondissement a précisé que les services de la ville procédaient actuellement à l'enlèvement de ces affiches. 
 
"Le maire du 11e a demandé à ce qu'une vigilance toute particulière soit observée (…) afin d'éviter de voir réapparaître ces affiches honteuses."
 
Une association de victimes des attentats du 13 novembre a condamné l'utilisation de portraits de victimes pour cette campagne d'affichage contre les dates de concerts de Médine au Bataclan. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !