Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Maroc : le parti islamiste du Premier ministre vainqueur des élections régionales
©Reuters

A voté

Maroc : le parti islamiste du Premier ministre vainqueur des élections régionales

Le PJD, parti islamiste du Premier ministre Abdelilah Benkirane, est le principal vainqueur des élections locales qui se sont tenues vendredi au Maroc.

Selon des chiffres fournis samedi 5 septembre par le ministère de l’intérieur, le parti Justice et Développement (PJD) s'est imposé au niveau régional et est arrivé troisième aux communales.

Après le dépouillement de la totalité des bulletins de ce double scrutin, le PJD de Benkirane a remporté 174 sièges sur 678 dans les conseils régionaux (25,6%). Son grand rival, le parti libéral d'opposition Authenticité et Modernité (PAM) est arrivé second avec 132 sièges (19,4 %). L'autre parti d'opposition, le Parti de l’Istiqlal (conservateur) a récolté 119 sièges (17,5 %).

C'était la première fois que les Marocains élisaient pour la première fois leurs conseillers régionaux au suffrage universel direct. La participation à ce double scrutin local a plafonné à 53,6% selon un chiffre officiel, soit une très légère progression par rapport aux élections communales et régionales de 2009 (52,4%).

Le PJD est arrivé en tête dans trois des quatre régions les plus peuplées du pays, dont celles dont dépendent les grandes villes de Casablanca, Rabat et Fès. Mais grâce au jeu des alliances, le PAM et les autres formations d'opposition (le PI) annoncent qu'ils devraient pouvoir diriger "huit régions sur douze, contre seulement quatre au PJD".

Cette opposition a remporté les communales : le PAM est arrivé en tête avec 21,1 % (6655 sièges), suivi du PI (16,2 %, 5 106). Le PJD a, lui, terminé en troisième position (15,9 %, 5 021), selon ces résultats.

Lu dans Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !