Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©Reuters

Des mesures jugées insuffisantes

Mario Draghi déçoit les attentes des marchés financiers

Malgré l’annonce de mesures de soutien supplémentaires à l’économie de la zone euro, la BCE a déçu en ce jeudi 4 décembre. Mario Draghi n’a pas été à la hauteur des attentes des investisseurs.

Le conseil des gouverneurs de la BCE se réunissait ce jeudi 3 décembre afin de décider de la suite à donner à la politique monétaire européenne. Mario Draghi a ainsi pu annoncer une nouvelle batterie de mesures visant à soutenir l’économie de la zone euro, alors que celle-ci est encore moribonde.

En premier lieu, le taux de facilité de dépôt a été abaissé une nouvelle fois, passant de -0.2% à -0.3%. Puis, en second lieu, et de façon beaucoup plus attendue, le conseil des gouverneurs de la BCE a choisi d’étendre la durée de son plan de relance monétaire, dont la date d’expiration était initialement prévue pour le mois de septembre 2016, au mois de mars 2017. Alors que le rythme de rachat d’actifs est maintenu à un montant de 60 milliards d’euros par mois, cette prolongation de 6 mois assure une soutien économique supplémentaire de 360 milliards d’euros.

A lire aussi - Bazooka monétaire, le retour : pourquoi la première salve d’assouplissement quantitatif impulsée par Mario Draghi n’a pas suffi 

Pourtant, les marchés financiers ont été déçus par ces annonces. En effet, certains acteurs anticipaient également un accroissement substantiel du montant mensuel de rachat d’actifs, de 60 à plus de 70 milliards d’euros, ce que Mario Draghi s’est refusé de faire. Ainsi, malgré des efforts supplémentaires, le BCE a déçu.  A 16h00, le CAC 40 plongeait de près de 3% alors que la monnaie européenne progressait de plus de 2% par rapport au Dollar.

Du côté des statistiques, la BCE a également pu dévoiler ses dernières prévisions de croissance et d’inflation pour la zone euro. Pour 2015, la croissance est attendue à 1.5%, contre 1.7% en 2016 et 1.9% en 2017. Concernant l’inflation, les anticipations sont à la baisse, soit 0.1% en 2015, 1% en 2016 et 1.6% en 2017.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !