Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©Daphné BENOIT / AFP

Force de sécurité

Mali : des soldats français visés par une attaque à la voiture piégée

L'attaque a fait deux morts parmi les civils et quatre à huit blessés dans les rangs de l'armée française.

Des soldats de l'opération Barkhane (déployée depuis 2014 dans la région du Sahel et du Sahara afin de lutter contre des groupes djihadistes) ont été visés par une attaque "terroriste", ont annoncé ce dimanche les autorités maliennes et françaises. 

"Des militaires francais de l'opération Barkhane sont tombés ce dimanche dans une embuscade tendue par des terroristes à la sortie qui mène vers la localité de Bourem", a déclaré une "source militaire occidentale". Un porte-parole du ministère malien de la Défense a confirmé l'attaque, en précisant qu'elle a fait deux morts parmi les civils et quatre à huits blessés dans les rangs de l'armée française. Auparavant, l'annonce de deux soldats français tués avait été faite, mais cette information a été corrigée.

Selon les premiers témoignages, les assaillants ont fait exploser une voiture piégée contre un ou deux véhicules blindés à bord desquels circulaient des membres de l'opération Barkhane, puis une fusillade de plus de 15 minutes a suivi.

Un porte porte-parole de l'armée française a fait état d'"un certain nombre" de victimes civiles, dont des enfants.

L'embuscade a eu lieu à la sortie qui mène vers la localité de Bourem, dans la région de Gao, au nord du pays.

Une habitante de Gao a témoigné à l'AFP que "c'est une patrouille de l'opération Barkhane qui a été visée par une voiture piégée conduite par un kamikaze (...) de Gao. Très vigilant, un blindé lui a barré la voie et le véhicule kamikaze s'est fait exploser".

Cette attaque survient deux jours après un attentat suicide perpétré vendredi au Mali contre le QG de la force conjointe du G5 Sahel lancée en 2017, qui a fait trois morts, dont deux militaires de cette force. Elle pourrait être liée à la tenue d'un sommet de l'Union africaine, à Nouakchott. Emmanuel Macron doit y rencontrer lundi ses homologues du G5 Sahel, une organisation régionale regroupant la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !