Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
©ALAIN JOCARD / AFP

Motivés

Malgré les annonces du gouvernement, les policiers poursuivent "leur fronde"

A Marseille, Lyon, Strasbourg, et plusieurs autres villes, les forces de l'ordre ont continué de manifester.

Bernard Cazeneuve a annoncé mercredi soir le déblocage d'une enveloppe de 250 millions d'euros et des mesures dans l’espoir de calmer le mouvement de grogne des policiers, entamé il y a 10 jours. "C'est plutôt positif dans les annonces, maintenant il va falloir que ça se concrétise très rapidement sur le terrain pour que la grogne légitime que les policiers ont exprimée cesse", a pour sa part déclaré Jean-Marc Bailleul, le secrétaire général CFDT. Car ces derniers sont bien décidés à faire encore entendre leurs voix.  Si les syndicats se sont montrés satisfaits et ont salué des mesures "très importantes", de nouvelles manifestations ont eu lieu mercredi soir.

Dans la Sarthe, une centaine de policiers a ainsi sillonné les artères du Mans. A Marseille, un cortège de voitures, sirènes hurlantes, a parcouru le centre-ville, de la mairie à la place Castellane. A Lyon, une centaine d'autres ont manifesté vers 22h30, rapidement rejoints par une trentaine de pompiers, venus exprimer leur soutien. 500 à 600 personnes ont défilé à Nancy, 400 à Strasbourg, 350 personnes à Nantes et Nice et dans d'autres villes de France.

Plus tôt dans la journée de mercredi 26 octobre, à Paris, ils étaient plusieurs centaines à manifester, avec ou sans syndicats, en civil, mais surtout sans cagoules ni écharpes sur le visage, contrairement à de nombreux rassemblements précédents.

Lu sur LCI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !