Londres : l'Etat islamique revendique l'explosion dans le métro | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Londres : l'Etat islamique revendique l'explosion dans le métro
©DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Alerte

Londres : l'Etat islamique revendique l'explosion dans le métro

Ce matin, une bombe artisanale provoqué de graves brûlures chez des passagers d'une rame du métro.

Mise à jour 21h15 : l'Etat islamique revendique l'explosion selon son organe de propagande Amaq. Après avoir refusé, toute la journée, à réhausser le niveau d'alerte, Theresa May a finalement décidé de le faire passer de sévère à critique. Le bilan a été revu à 29 blessés.

Une explosion a eu lieu ce vendredi 15 septembre, vers 8h20, à la station de métro Parsons Green, dans le sud-ouest de Londres. DailyMail évoque "une boule de feu" et des voyageurs présentant de graves brûlures. Sur les réseaux sociaux, des images montrent un sac en plastique brûlé, avec un pot de peinture à l'intérieur.

 

Tout d'abord, la police de la ville a évoqué sur son compte twitter "un incident" : "Nous sommes au courant d'un incident à la station de métro de Parsons Green. Des policiers sont sur place". Les services d'urgence ont été envoyés sur place. Les autorités anglaises ont demandé d'éviter le secteur. Des officiers du contre-terrorisme britannique sont arrivés à la station de Pearsons Green, selon Sky News. La police a fini par indiquer que l'explosion n'est autre qu'un attentat terroriste. Toutefois, elle a précisé qu'il est encore tôt pour confirmer l'origine des flammes dans la rame du métro. Un appel à témoins à été lancé pour obtenir des informations sur ce qui s'est passé.

Les réactions des politiques 

La Première ministre Theresa May va tenir une réunion d'urgence cet après-midi. Elle a adressé ses "pensées" aux blessés de l'attentat. Sur Facebook, le maire de Londres Sadiq Khan a publié un communiqué confirmant que l'incident est une attaque terroriste. "Notre ville condamne fermement les horribles personnages qui ont essayé d'utiliser la terreur pour nous blesser et détruire notre mode de vie", a-t-il déclaré.

La secrétaire d'État à l'intérieur, Amber Rudd, a publié, en plus de son tweet, un communiqué : "Une fois de plus, les gens qui vivent leur quotidien ont été ciblés d'une manière insensée et aveugle (...) J'invite les Londoniens à rester vigilants et à assister la police et les services de secours autant qu'ils le peuvent".
 

Invités à réagir aux propos de Donald Trump, qui a incriminé la supposée légèreté de la surveilance effectuée par Scotland Yard. "Une autre attaque à Londres par un loser de terroriste. Ils sont des malades et des fous qui étaient surveillés par Scotland Yard. Il faut être proactive!", a tweeté le président américain. La police n'a pas voulu commenter ces accusation mais a annoncé qu'elle va augmenter significativement la présence policière dans les transports en commun ce weekend à Londres.

Des produits chimiques 

22 personnes ont été légèrement blessées et transportés dans plusieurs hôpitaux de Londres, annonce les services médicaux de la ville. Selon LCI, la police a trouvé deux pots de peinture vidés de leur contenu, dans lesquels se trouvaient des produits chimiques, encore non identifiés par les services de déminage, placés dans un sac plastique de Lidl. Le tout était relié à un "dispositif de mise à feu électrique" qui, pour une raison elle aussi inconnue, n'a pas fonctionné. L'attentat dans le métro de Londres a été commis avec un engin explosif artisanal, a confirmé la police. 

La police londonienne se concentre sur les caméras de sécurité de cinq stations de métro avant l'arrêt Parsons Green afin d'identifier l'endroit où le ou les suspects sont montés pour déposer l'engin explosif.

Selon le maire de Londres, une chasse à l'homme est actuellement en cours pour tenter de trouver le poseur de la bombe.

>>> Plus d'informations à suivre

 

Lu sur LCI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !