Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Les Suisses approuvent un durcissement de la législation sur les armes
©Fabrice COFFRINI / AFP

Référendum

Les Suisses approuvent un durcissement de la législation sur les armes

Cette réforme vise à mettre la Suisse en conformité avec des mesures antiterroristes de l'Union européenne.

Les Suisses étaient appeler à se prononcer, ce dimanche par référendum, sur une loi visant à durcir les conditions d’acquisition de certaines armes pour la confédération en conformité avec des mesures antiterroristes de l'Union européenne. Près de deux tiers des électeurs de la Confédération (63,7%) ont approuvé la réforme (contre 36,3% en faveur du non), pour une participation de 43,34%, selon les chiffres définitifs donnés par l'agence de presse suisse Keystone-ATS.

La réforme impose le marquage de tous les éléments essentiels d’une arme et classe les armes semi-automatiques munies d’un chargeur de grande capacité dans la catégorie des armes dites "interdites", que les collectionneurs et tireurs sportifs ne pourront obtenir qu'en demandant une "autorisation exceptionnelle".

Les armes sont très répandues en Suisse, un état de fait lié à la tradition d’une armée de miliciens gardant leur fusil chez eux. Plus de 2,3 millions d’armes seraient en circulation dans le pays, ce qui classe la Suisse au 16e rang mondial pour le nombre d’armes par habitant.

La réforme n'est pas liée à un fait divers - les fusillades sont très rares dans le pays - mais à une demande de l'Union européenne. Le gouvernement suisse avait averti les électeurs qu'un rejet de cette nouvelle législation pourrait aboutir à une exclusion de la Confédération des accords européens de Schengen et de Dublin auxquels elle est associée.

"Dommage que la population ait suivi l'argument de la peur avec Schengen. C'est un peu malheureux, mais nous acceptons le résultat", a réagi Olivia de Weck, vice-présidente de ProTell, le lobby pro-armes mobilisé contre la nouvelle législation.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !