Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©Reuters

Fact-checking

Les impôts des ménages augmentent contrairement aux dires de Michel Sapin

Le ministre a déclaré que "depuis 2014, nous rendons aux français le fruit de leurs efforts"

En période électorale, le gouvernement veut baisser les dépenses des ménages. Michel Sapin, ministre des Finances (et nouvellement de l'Economie) a donc fait un tour médiatique ce jeudi 1er septembre sur RMC et BFM TV pour annoncer cette promesse, mais également vanter le bilan du gouvernement en matière de fiscalité. 

Et, comme le fait remarquer Samuel Laurent du Monde, certains de ses propos ne correspondent pas vraiment à la réalité. Le ministre a déclaré que "les impôts continueront de baisser", et rajouté que si "en 2010-2013, on a utilisé l'impôt pour régler les problèmes", "depuis 2014, nous rendons aux français le fruit de leurs efforts." 

Or, si le taux de prélèvement obligatoire en part du PIB a effectivement connu une légère baisse en 2015--0,1 point--il ne compense toujours pas l'importante hausse de 2011 de 2,1 points. 

Et surtout, si on se concentre plus sur les impôts des ménages ("rendre aux français les fruits de leurs efforts), le bilan est sans appel. Comme une étude de l'OFCE le rappelle, les baisses d'impôts se sont concentrées sur les entreprises. Les impôts des ménages ont augmenté, et il est prévu qu'ils continuent d'augmenter : "Sur la période 2010-2016, les prélèvements obligatoires sur les ménages augmenteraient de 66 milliards d’euros (3,1 points de PIB)". Depuis 2010, loin de rendre aux français le fruit de leur travail, c'est 60 milliards d'euros de plus qui leur ont été prélevés.

L'OFCE précise d'ailleurs que le taux de prélèvement sur les ménages atteindra en 2016 un "plus-haut historique."

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !