Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Crédits Photo: Reuters/Charles Platiau
La justice a tranché : les Femen devront quitter leur QG de Clichy-la-Garenne

Elles déménagent, encore

Les Femen expulsées de leur QG de Clichy

Le tribunal d’instance d’Asnières (Seine-Saint-Denis) a tranché ce lundi : le mouvement féministe installé depuis novembre 2013 dans les locaux d’une usine de traitements des eaux usées doit quitter les lieux.

Le verdict du tribunal d’instance d’Asnières était attendu, mais les Femen attendait l’exact opposé. Ce lundi, la justice a tranché : elles vont devoir quitter leur QG de Clichy (Seine-Saint-Denis), des locaux vides d’une usine de traitements des eaux qu’elles occupent depuis 6 mois,  au plus vite. Les militantes aux seins nus s’y sont installées, sans autorisation, suite à l’incendie, en juillet dernier, de leur précédent QG, dans le 18e arrondissement de Paris.
 
Le propriétaire des lieux, le Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne (SIAAP), souhaite en effet détruire les locaux occupés pour y installer un nouveau projet. Or, la présence de ces dernières freinait son avancée.
 
Outre leur expulsion, les Femen ont été condamnées à payer au SIAAP la somme de 7398,94 euros pour l’utilisation de l’électricité ainsi que 1500 euros pour les frais d’avocat, rapporte le site du Parisien
 
"Expulsées ! Troisième été sans toit. On a un peu de chance, en hiver ça aurait été plus dur" a réagit Inna Shevchenko, la leader du mouvement, sur Twitter, peu après l’annonce du verdict.
 

Où vont-elles aller à présent ? Dimanche, les Femen indiquaient à metronews qu’elles n’avaient aucune solution de repli en cas d’expulsion. Et qu’elles envisageaient de solliciter Anne Hidalgo, la maire de Paris. "Nous n’allons pas résister à l’expulsion, et nous irons ailleurs. Nous occuperons une église de Paris, soit l’Hôtel de Ville de Paris", assure Inna Shevchenko. Pas sûr que dans ce cas Anne Hidalgo soit très enclin à les aider.

 

Lu sur leparisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !